DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Venezuela : l'opposition ne renonce pas

monde

Venezuela : l'opposition ne renonce pas

Publicité

L’opposition vénézuélienne ne s’avoue pas vaincue, mais ses chances d’obtenir la destitution du président Maduro sont désormais bien maigres. Pour convoquer un référendum, elle devra recueillir au moins quatre millions de signatures, soit 20% de l‘électorat, dans chacun des Etats du pays et non au niveau national. Cette collecte se tiendra sur trois jours, du 26 au 28 octobre. Les machines pour enregistrer les signatures seront aussi bien moins nombreuses que ce que demandait l’opposition.

Pour le porte-parole de la coalition d’opposition, tous les obstacles dressés par la commission électorale ne font que confirmer que le fait les autorités chavistes se sachent dos au mur. “Ils savent que s’ils ouvraient assez de bureaux pour recueillir la volonté souveraine du peuple, le jour même, nous rassemblerions plus de 10 millions de personnes, et l’après-midi même, nous appellerions à leur démission”, a martelé Jesus Torrealba lors d’une conférence de presse.

Quand bien même le nombre de signatures serait atteint, le référendum sur la destitution de Nicolas Maduro n’aurait pas lieu avant 2017, trop tard pour convoquer des élections anticipées. En pleine tourmente économique, le Venezuela connaît une inflation record qui atteindra cette année 720% selon le FMI, et une grave pénurie de produits de première nécessité.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article