DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Barbarie et crimes de guerre à Alep : Moscou au banc des accusés

“Faire davantage pour mettre fin au cauchemar” en Syrie : Ban Ki-moon, le secrétaire général des Nations unies en appelle aux grandes puissances.

Vous lisez:

Barbarie et crimes de guerre à Alep : Moscou au banc des accusés

Taille du texte Aa Aa

“Faire davantage pour mettre fin au cauchemar” en Syrie : Ban Ki-moon, le secrétaire général des Nations unies en appelle aux grandes puissances. Au Conseil de sécurité de l’ONU, réunit en urgence dimanche à New York, les pays occidentaux mettent Moscou en accusation. Pour l’ambassadrice américaine à l’ONU, “la Russie soutient un régime meurtrier” en bombardant Alep au côté de l’armée syrienne :

“Quand la Russie adhère à une fiction, nous devons le dénoncer martèle Samantha Power. Ce que la Russie est en train de faire, ce n’est pas de la lutte contre le terrorisme, c’est de la barbarie.”

Son homologue russe Vitaly Churkin ne nie pas les frappes aériennes mais les justifie par la lutte contre les groupes extrémistes qui prennent en otage des civils.

“Plus de 200 000 personnes à Alep sont prisonnières de groupes terroristes, comme le Front al-Nosra et d’autres groupes. Ils essaient d’utiliser les femmes et les enfants comme boucliers humains. L’aviation est utilisée seulement contre leurs positions et les bombes sont guidées par laser.”

L’ambassadeur britannique Matthew Rycroft dénonce “des violations flagrantes des lois internationales” à Alep et évoque la possibilité de saisir la Cour pénale internationale.

“Les habitants d’Alep font maintenant face à un assaut implacable et sans précédent de cruauté, et il est de plus en plus clair que cette attaque va au-delà des capacités des seules forces aériennes syriennes. Par conséquent, il est difficile de nier que la Russie n’agit pas en partenariat avec le régime syrien pour commettre des crimes de guerre.”

La réunion a été convoquée par les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni. Ces pays veulent faire pression sur Moscou, et indirectement sur Damas, pour rétablir un cessez-le-feu prévu par un accord américano-russe.

Sources : AFP, Reuters