Nouvelle bavure policière aux Etats-Unis : la police diffuse deux vidéos

Access to the comments Discussion
Par Euronews
Nouvelle bavure policière aux Etats-Unis : la police diffuse deux vidéos

<p>La police d’El Cajon, en Californie, a décidé de rendre publiques deux vidéos où l’on voit l’un de ses agents abattre à bout portant un homme afro-américain. </p> <p>Un nouvel acte de violence policière qui a entraîné des manifestations jeudi soir, dans un contexte bien-sûr de tensions raciales et de bavures policières récurrentes aux Etats-Unis. </p> <p>Pas sûr que le fait de rendre publiques ces images n’apaise la communauté noire de la ville…</p> <p>Jeff Davis,chef de la police :<br /> « Notre seule préoccupation à ce moment c‘était la sécurité de la communauté. Nous avons senti que l’agressivité de certains manifestants est arrivée à un tel niveau qu’il était nécessaire de rendre certaines informations publiques. C’est dans cet esprit, pour soulager l’inquiétude, que nous l’avons fait, rien de plus ». </p> <p>La police avait indiqué précédemment que les policiers croyaient que la victime braquait une arme vers eux alors qu’en réalité il tenait en main une cigarette électronique.</p> <p>La victime, Alfred Olango, était un immigré d’Ouganda. Les autorités américaines de l’immigration ont indiqué avoir tenté deux fois, sans succès, de l’expulser pour vente de stupéfiants puis une infraction liée à des armes à feu. </p> <blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="en" dir="ltr">People of <a href="https://twitter.com/hashtag/ElCajon?src=hash">#ElCajon</a> held a candlelight vigil for <a href="https://twitter.com/hashtag/AlfredOlango?src=hash">#AlfredOlango</a> a day after he was shot and killed by police. <a href="https://t.co/kKBqebp7uZ">pic.twitter.com/kKBqebp7uZ</a></p>— Fusion (@Fusion) <a href="https://twitter.com/Fusion/status/781363121088716800">29 septembre 2016</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script> Selon sa mère, il souffrait d’une dépression. “Nous sommes venus ici chercher la sécurité”. “Où devons-nous aller à présent?”, a-t-elle demandé.