DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'État français au secours d'Alstom

Une pluie de commande d'un montant total de 700 millions d'euros a été passée par la France à l'entreprise Alstom, afin de maintenir l'activité de son usine de Belfort

Vous lisez:

L'État français au secours d'Alstom

Taille du texte Aa Aa

Une pluie de commande d’un montant total de 700 millions d’euros a été passée par la France à l’entreprise Alstom, afin de maintenir l’activité de son usine de Belfort.

L‘État a commandé l’achat direct de quinze TGV pour 450 millions d’euros, et a mis la SNCF à contribution : aux six TGV déjà évoqués pour la ligne Lyon-Turin, le transporteur a ajouté vingt locomotives dépanneuses.

Les quinze TGV seront utilisés sur des lignes intercités (Montpellier-Perpignan et Bordeaux-Marseille), qui sont appelées à devenir des lignes à grande vitesse (LGV).

Accusé à gauche comme à droite de “bricolage” et de “bidouillage” préélectoral ainsi que d’avoir violé les traités européens interdisant la préférence nationale, le Premier ministre Français Manuel Valls a défendu une décision “stratégique” devant les députés ce mardi.

En retour Alstom s’engage à investir 40 millions d’euros dans l’usine de Belfort, pour développer un nouveau modèle de locomotive hybride ou diesel, moderniser les ateliers de maintenance et diversifier les activités du site.

.