DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Tout comprendre sur le prix Nobel de chimie 2016


monde

Tout comprendre sur le prix Nobel de chimie 2016

Le prix Nobel de chimie 2016 a été attribué à Jean-Pierre Sauvage, James Fraser Stoddart et Bernard Lucas Feringa pour leurs travaux sur les machines moléculaires.

Quelles sont ces minuscules machines et à quoi servent-elles ? Comment les travaux de ces trois hommes se sont-il distingués ? C’est ce que nous verrons dans cet article. Mais tout d’abord :

Qui sont les lauréats ?

Jean-Pierre Sauvage, 71 ans

  • Français
  • Professeur à l’Université de Strasbourg (France)
  • Il est le premier à avoir décrit les nanomachines présentes dans les cellules vivantes.

James Fraser Stoddart, 74 ans

  • Écossais
  • Professeur à l’Université de Northwestern (États-Unis)
  • Il a développé l’idée du Français pour créer un ascenseur moléculaire.
  • Il a accueilli quelques années Jean-Pierre Sauvage dans son laboratoire.

Bernard Lucas Feringa, 65 ans

  • Néerlandais
  • Professeur à l’Université de Groningue (Pays-Bas)
  • En se basant sur le travail des deux chercheurs, il a développé le premier “moteur moléculaire”.

Qu’est-ce qu’une machine moléculaire?

C’est un assemblage de molécules qui peut ressembler à des objets courants (piston, voiture, ascenseur…) voire même des parties du corps (bras,muscle…) mille fois plus petit que le diamètre d’un cheveu.

Cette machine est mise en mouvement en étant remplie d‘énergie par des éléments tels que la lumière ultraviolette, l’acidité ou le changement de température.

A quoi sert une machine moléculaire ?

J’ai l’impression d‘être un peu comme les frères Wright, qui ont volé (en avion) pour la première fois il y a 100 ans. Les gens disaient : pourquoi aurions-nous besoin de machines volantes ?“ a déclaré Bernard Lucas Feringa.

A terme, ces “nano-robots” pourraient être utilisés dans le développement d’objets infiniment petits, pour trouver des traces de maladie à l’intérieur d’un corps humain ou pour guider un médicament vers un membre précis.

Invisibles à l’oeil nu, ces “nano-robots” poseront sans doute des problèmes d‘éthique.

Quelques étapes marquantes

Le “nano-muscle” de Jean-Pierre Sauvage

Jean-Pierre Sauvage a mis au point des boucles moléculaires, pouvant se contracter comme des muscles.

Le “nano-ascenseur” de James Fraser Stoddart

Ce mini-élévateur développé par James Fraser Stoddart a une amplitude de 0,7 nanomètre.

La “nano-voiture” de Bernard Lucas Feringa

Il est possible de contrôler le mouvement du châssis, installé sur des pales moléculaires qui font office de roues.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Tout comprendre sur le prix Nobel de physique 2016