Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Brexit : Hammond rassure Wall Street

Access to the comments Discussion
Par Euronews
Brexit : Hammond rassure Wall Street

<p>Philip Hammond était ce jeudi en opération “séduction” à Wall Street. Le ministre britannique des Finances a assuré aux patrons des grandes banques américaines que Londres resterait une place financière attractive, même après le Brexit. </p> <p>Ces banques craignent de perdre leur passeport européen en cas de “hard Brexit”, c’est à dire de sortie du Royaume-Uni du marché unique européen. </p> <blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="en" dir="ltr">In New York today meeting leaders in financial services to discuss why Britain remains the best place in the world to do business.</p>— Philip Hammond (@PHammondMP) <a href="https://twitter.com/PHammondMP/status/784014365632696321">6 octobre 2016</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script> <p>“<em>Si certains responsables américains ont écouté les discours de Theresa May, surtout le dernier, au congrès conservateur, c‘était presque anti-business” explique Jasper Lawler, analyste des marchés. “Donc Philip Hammond est là pour dire : « non, ça, on l’a dit pour plaire à l’opinion et aux électeurs conservateurs, mais ne vous en faites pas, on veut toujours faire des affaires avec vous! »</em>“.</p> <p>Il n’y a pas qu’outre-atlantique qu’on redoute les conséquences négatives du Brexit, mais aussi en Écosse, un pays qui a voté en faveur du maintien dans l’UE. </p> <p>Selon une étude de l’institut Fraser of Allander parue ce jeudi, si le Royaume-Uni sortait du marché unique, cela coûterait à l‘Écosse 80 000 emplois et à chaque Ecossais 2 000 livres par an.</p>