Brexit : Hammond rassure Wall Street

Brexit : Hammond rassure Wall Street
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Philip Hammond était ce jeudi en opération “séduction” à Wall Street.

PUBLICITÉ

Philip Hammond était ce jeudi en opération “séduction” à Wall Street. Le ministre britannique des Finances a assuré aux patrons des grandes banques américaines que Londres resterait une place financière attractive, même après le Brexit.

Ces banques craignent de perdre leur passeport européen en cas de “hard Brexit”, c’est à dire de sortie du Royaume-Uni du marché unique européen.

In New York today meeting leaders in financial services to discuss why Britain remains the best place in the world to do business.

— Philip Hammond (@PHammondMP) 6 octobre 2016

Si certains responsables américains ont écouté les discours de Theresa May, surtout le dernier, au congrès conservateur, c‘était presque anti-business” explique Jasper Lawler, analyste des marchés. “Donc Philip Hammond est là pour dire : « non, ça, on l’a dit pour plaire à l’opinion et aux électeurs conservateurs, mais ne vous en faites pas, on veut toujours faire des affaires avec vous! »“.

Il n’y a pas qu’outre-atlantique qu’on redoute les conséquences négatives du Brexit, mais aussi en Écosse, un pays qui a voté en faveur du maintien dans l’UE.

Selon une étude de l’institut Fraser of Allander parue ce jeudi, si le Royaume-Uni sortait du marché unique, cela coûterait à l‘Écosse 80 000 emplois et à chaque Ecossais 2 000 livres par an.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Répartition des richesses : où les écarts sont-ils les plus criants en Europe ?

Pourquoi l'inflation est-elle plus faible en Italie que dans le reste de l'Europe ?

Comment les questions économiques européennes ont-elles évolué sous la présidence d'Ursula von der Leyen ?