DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La Russie menace d'abattre tout jet qui s'en prendrait à l'armée d'Assad

Toute agression contre l'armée syrienne serait suivie d'une réponse. Moscou met en garde les Américains. Le Conseil de sécurité des Nations unies va se réunir en urgence ce vendredi.

Vous lisez:

La Russie menace d'abattre tout jet qui s'en prendrait à l'armée d'Assad

Taille du texte Aa Aa

La Russie prévient : toute frappe contre l’armée syrienne serait considérée comme mettant en danger les troupes russes en Syrie et serait suivie d’une réplique forte.

Point of view

Au maximum dans deux mois, deux mois et demi, la ville d'Alep-Est pourrait être totalement détruite

Staffan de Mistura Envoyé spécial des Nations Unies pour la Syrie

Les Etats-Unis réfléchiraient en effet à lancer des offensives limitées contre les troupes de Bachar el Assad pour faire cesser les bombardements sur Alep.

Le porte-parole de la Défense russe s’est montré ce jeudi très explicite :
« Je voudrais recommander à nos collègues de Washington de bien peser les conséquences de tels plans. J’aimerais rappeler aux stratèges américains que la défense aérienne de nos bases près d’Alep est assurée par des systèmes anti-aériens S-400 et S-300 dont le rayon d’action pourrait surprendre n’importe quel appareil volant non identifié”.

Les menaces fusent, mais en attendant des dizaines de civils meurent tous les jours dans les quartiers est d’Alep, dont la partie tenue par les rebelles est pilonnée sans relâche par l’armée syrienne, appuyée par l’aviation russe.

Staffan de Mistura, envoyé spécial des Nations Unies pour la Syrie :
« Au maximum dans deux mois, deux mois et demi, la ville d’Alep-Est pourrait être totalement détruite. (…) On parle en gros de 900 personnes qui deviennent la principale raison pour laquelle 275.000 personnes sont actuellement attaquées, blessées, et dont beaucoup vont devenir des réfugiés”.

Le président syrien, lui, promet de reprendre Alep, puis tout le pays. Il a promis l’amnistie aux rebelles qui déposeraient les armes et quitteraient la ville, à l’image des combattants de Daraya qui se sont rendus en août et ont été évacués.