Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Maroc / législatives : les islamistes du PJD confortent leur ancrage

Access to the comments Discussion
Par Euronews
Maroc / législatives : les islamistes du PJD confortent leur ancrage

<p>Les <a href="http://fr.euronews.com/2016/10/07/legislatives-au-maroc-un-test-pour-les-islamistes-moderes">islamistes marocains</a> ont non seulement <a href="http://abonnes.lemonde.fr/afrique/article/2016/10/07/elections-au-maroc-participation-limitee-les-islamistes-denoncent-des-tentatives-de-fraudes_5010240_3212.html">gagné les élections législatives</a> de vendredi mais le Parti Justice et Développement a surtout conforté son ancrage électoral.</p> <p>Le <span class="caps">PJD</span> raffle 125 sièges, 18 de plus qu’en 2011. Et son leader <strong>Abdelilah Benkirane</strong> devrait donc rester Premier ministre.</p> <p>Le ministre de l’Intérieur marocain a aussi confirmé l‘émergence d’un parti rival : le Parti autenticité et modernité (libéral), créé par un proche du roi du Maroc. Le <span class="caps">PAM</span> double le nombre de ses députés, de 47 à 102. </p> <blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="fr" dir="ltr">Législatives au Maroc : les islamistes remportent l'élection <a href="https://t.co/fhP4S8umvW">https://t.co/fhP4S8umvW</a> <a href="https://t.co/8EKwmAYigq">pic.twitter.com/8EKwmAYigq</a></p>— Le Point (@LePoint) <a href="https://twitter.com/LePoint/status/784717980768886784">8 octobre 2016</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script> <p>Ces deux partis ont capté 60% des suffrages et confortent la bipolarisation de la vie politique marocaine. Mais plus d’un électeur sur deux n’est pas allé voter.</p> <p>Dans les rues de Rabat, les avis restent partagés. </p> <p><strong>Khalid Lamlagh</strong>, guide touristique : “Il n’y a pas d’autre meilleure alternative qu’eux. C’est pour cela que les gens leur ont de nouveau donné leur confiance. <br /> On espère qu’ils feront mieux que ces cinq dernières années.”</p> <p><strong>Fadija Monem</strong>, enseignante : “Il n’ont fait que faire les poches des Marocains. Parce que tout est devenu trop cher. On ne vivait pas comme ça autrefois”.</p> <p>Reste à savoir avec qui les islamistes du <span class="caps">PJD</span> gouverneront. Ils vont devoir former une coalition comme c‘était le cas ces dernières années.</p> <p><strong>Otman Magraoui</strong>, étudiant :<br /> “Ils vont probablement gouverner avec six aux autres partis différents dans une coalition. Peut-être que nous allons vers d’autres élections le mois prochain.”</p> <p>Le <span class="caps">PJD</span> marocain est le dernier parti islamiste encore en fonction depuis le printemps arabe dans un pays où une grande partie des pouvoirs reste concentrée dans les mains du roi du Maroc. </p> <p><em>Avec Agences</em></p>