Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Note 7 : Samsung récompense la fidélité

Access to the comments Discussion
Par Anne Glémarec
Note 7 : Samsung récompense la fidélité

<p>Samsung a décidé d’acheter la fidélité de sa clientèle à coups de ristournes après le fiasco du Galaxy Note 7.</p> <blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="fr" dir="ltr">Possesseurs d’un Galaxy Note7, merci de sauvegarder vos données et de ne plus utiliser l’appareil. En savoir plus : <a href="https://t.co/Tor1AMClAb">https://t.co/Tor1AMClAb</a></p>— Samsung FR (@SamsungFR) <a href="https://twitter.com/SamsungFR/status/786483272498843648">13 octobre 2016</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script> <p>Contraint de rembourser 2,5 millions d’exemplaires du smartphone explosif, le géant sud-coréen offre un bon d’achat de 56 euros aux propriétaires prêts à l‘échanger contre un autre téléphone de la marque, moitié moins aux autres.</p> <h3>Coûts financiers et dégâts d’image</h3> <p>Pas assez pour retenir Kim Chan-Young, un homme d’affaires de 38 ans, qui affichait sa déception ce jeudi à Séoul : “<em>J’ai acheté le Galaxy Note 7 parce qu’il me plaisait plus que le S7 edge. Je préfère donc être remboursé.</em>“</p> <p>Selon l’agence de notation financière Fitch, les dégâts d’image causés par l’affaire du Note 7 constituent une menace plus lourde que l’impact financier direct.</p> <p>Samsung mise sur les inconditionnels de la marque. C’est le cas de Huang Mengjie, client chinois et fidèle entre les fidèles : “<em>je soutiens toujours Samsung parce que je fais confiance à la marque. Ils conçoivent d’excellents smartphones. J’ai échangé mon Note 7 contre un S7, ce qui montre toute la confiance que j’ai en Samsung. Je ne veux pas d’une autre marque.</em>“</p> <p>Premier fabricant mondial de smartphones, Samsung est une institution en Corée du Sud où il pèse 17% du <span class="caps">PIB</span>. D’ailleurs, les déboires du Note 7 on conduit la Banque centrale a revoir ses prévisions de croissance à la baisse pour 2017 de 2,9 à 2,8%.</p>