DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Brexit : la mise en garde de François Hollande aux Britanniques

Le président français a redéfendu le principe de la libre circulation des personnes en Europe alors que Londres veut y mettre un terme au Royaume-Uni.

Vous lisez:

Brexit : la mise en garde de François Hollande aux Britanniques

Taille du texte Aa Aa

Le Brexit ne se fera pas à n’importe quel prix.

Point of view

L'Ecosse veut rester au coeur de l'Europe

Nicola Sturgeon Première ministre écossaise
Après Angela Merkel mercredi, c’est François Hollande qui vient de rappeler à l’ordre les Britanniques.
Samedi, le président français a souligné que les Anglais devront faire des choix douloureux lorsqu’ils quitteront l’Union européenne, puisque telle est leur volonté.

François Hollande: “Je crois que la pire des attitudes serait, ou de contester leur choix, ou de vouloir remettre en cause les fondements de l’Union européenne. Donc il faut aller jusqu’au bout de cette négociation tout en préservant les principes de l’Union européenne et notamment les principes de libre circulation.”

La libre circulation des personnes, justement, Theresa May n’en veut plus. Mercredi la Première ministre l’a rappelé aux parlementaires britanniques. La question migratoire était l’une des principales revendications des partisans du Brexit.

Un nouveau sondage

Sauf que les électeurs commencent à y regarder par deux fois. Un sondage ComRes publié samedi montre que 49% des sondés privilégient une négociation avec l’Europe centrée sur le commerce plutôt que sur l’immigration.

Ce discours de fermeté de Downing Street agace aussi passablement les Ecossais qui ont largement voté en juin pour le maintien dans l’Union européenne.

Samedi, la Première ministre écossaise a une fois de plus menacé les Anglais de faire sécession.
Nicola Sturgeon: “Mes amis, la différence entre les Ecossais et le gouvernement de Westminster c’est qu’il est en train de reculer face à l’Europe alors que nous nous voulons y rester en son coeur. C’est à l’Europe que l’Ecosse appartient”.

Un projet de loi en vue d’un nouveau référendum est en préparation. Une menace sérieuse pour Londres mais aussi pour l’Union européenne qui voit d’un mauvais oeil les conséquences d’un démantèlement du Royaume-Uni.

Avec Agences