DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Baleines : le Japon sous pression

La réunion annuelle de la Commission baleinière internationale s’achève sur un demi-échec pour partisans d’une protection accrue des cétacés.

Vous lisez:

Baleines : le Japon sous pression

Taille du texte Aa Aa

La réunion annuelle de la Commission baleinière internationale s’achève sur un demi-échec pour partisans d’une protection accrue des cétacés.

Les membres de la Commission ont rejeté l’idée de créer un vaste sanctuaire de vingt millions de kilomètres carrés en Atlantique sud, mais les adversaires de la chasse sont parvenus à renforcer la surveillance de la pêche japonaise.

La nouvelle résolution va désormais obliger le Japon à se soumettre à nouvelle instance d’experts de la Commission qui sera chargée de valider, ou non, la chasse à la baleine des navires japonais.

“Nous verrons maintenant si la nouvelle instance apporte un changement” explique Nicolas Entrup, un consultant de l’ONG Oceancare qui regrette que la Commission n’ait pas de véritables leviers de pression sur le Japon. “C’est seulement de la bonne volonté” dit il. “Je doute que le Japon y soit prêt. Cela dit, la communauté internationale a été très claire : Nous voulons un processus un indépendant.”

En 1986, la Commission baleinière internationale adopte un moratoire sur la chasse à la baleine à des fins commerciales.

Depuis cette date, le Japon est le seul pays à utiliser une dérogation au moratoire et continue à pêcher des baleines sous couvert de recherches scientifiques.

Malgré le moratoire, les baleines chassées à des fins commerciales restent les plus nombreuses (plus de 24 000 ont été pêchées depuis 1986), devant la pêche “scientifique” (plus de 16 000) ou la chasse traditionnelle de subsistance autorisée pour les peuples du Grand Nord (plus de 10 000).

En 2014, la Cour internationale de justice avait condamné le Japon pour avoir dissimulé une pêche commerciale sous un prétexte scientifique.

Après avoir renoncé à la saison 2014-2015, le Japon a repris ses activités de chasse à la baleine à des fins scientifiques. Ainsi, entre décembre 2015 et mars 2016, le Japon a pêché 333 baleines.

L’Islande et la Norvège continuent de pratiquer la chasse commerciale à la baleine.

La Norvège est le plus gros chasseur de cétacés avec 736 baleines tuées en 2014.

En Norvège comme au Japon, la consommation de la viande de baleine est une tradition culinaire qui s’estompe ces dernières années.

Les Japonais chassent la baleine depuis le IXè siècle de notre ère.