DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Judo : l'or pour Gneto et Receveaux


Sport

Judo : l'or pour Gneto et Receveaux

Pedro Lasuén est notre envoyé spécial à Abu Dhabi : “Jigoro Kano est né le 28 octobre 1860. Pour les non-initiés, il est le fondateur du judo, un sport de tradition basé sur un code moral. Chaque année, la Fédération internationale célèbre son anniversaire en organisant la journée mondiale du judo. En 2016, cela coïncide avec la première journée du tournoi d’Abu Dhabi, quatrième et avant-dernière levée du Grand Chelem de la saison. Kano est mort en 1938. 78 ans plus tard, le judo est devenu universel et véhicule des valeurs de tolérance et de respect comme le souhaitait son fondateur.”

Otgontsetseg Galbadrakh est née il y a 24 ans dans la capitale de la Mongolie, Oulan-Bator, mais elle défend désormais les couleurs du Kazakhstan. Ce vendredi, c’est l’hymne de son nouveau pays qui retentit en son honneur aux Emirats Arabes Unis. La médaillée de bronze des derniers Jeux olympiques s’impose avec la manière dans la catégorie des moins de 48 kilos. En finale, elle bat par ippon, sur ura-nage, la Serbe Milica Nikolic pour obtenir la deuxième victoire de sa carrière dans un tournoi du Grand Chelem.

Dans la famille Gneto, on connaissait déjà Priscilla, troisième des Jeux olympiques en 2012 et deuxième des derniers championnats d’Europe. Il faudra maintenant composer avec sa petite soeur, Astride, qui ouvre son palmarès chez les seniors à tout juste 20 ans. La jeune Française s’impose chez les moins de 52 kilos en dominant l’Américaine Angelica Delgado avec un osoto-makikomi pour ippon. Astride Gneto n’est pas encore certaine de participer au dernier tournoi majeur de l’année au Japon début décembre.

Astride Gneto : ‘‘C’est ma première médaille dans un Grand Chelem, je suis juste trop contente. Cela fait plaisir et j’espère que ce n’est pas la dernière. Normalement, je vais en stage à Tokyo et on verra plus tard si je fais la compétition.”

Les Françaises brillent aussi chez les moins de 57 kilos avec la médaille d’or pour Hélène Recevaux et la médaille de bronze pour Lola Bennaroche. En finale, la Bourguignonne se défait de la prometteuse Allemande Theresa Stoll, 20 ans, avec un shime-waza après seulement 51 secondes de combat. De quoi effacer quelque peu sa désillusion alors que les dirigeants français lui avaient préféré Automne Pavia pour les Jeux de Rio. Et dire que Priscilla Gneto a elle aussi choisi de s’aligner dans cette catégorie…

Chez les hommes, plateau très dense rassemblé à Abu Dhabi dans la catéglorie des 66 kilos et un vainqueur plutôt inattendu. Pour l’emporter, le Russe Yakub Shamilov se fraie un passage au milieu de multiples médaillés mondiaux ou olympiques, à l’image de son dernier adversaire du jour, le Kazakh Azamat Mukanov. C’est un waza-ari qui lui permet de venir à bout de celui qui fut vice-champion du monde en 2013.

La surprise du jour, c’est l‘élimination d’entrée de la Mongole Urantsetseg Munkhbat chez les moins de 48 kilos. La numéro 1 mondiale subit la loi de la Serbe Milica Nikolic qui va ensuite jusqu’en finale et déjoue ainsi une nouvelle fois les pronostics après sa victoire lors du Grand Prix de Zagreb.

L’action du jour est signée Eric Takabatake. En demi-finale des légers, les moins de 60 kilos, le Brésilien réussit un ippon spectaculaire face au Russe Robert Mshvidobadze. Malheureusement pour lui, il perd ensuite le combat pour le titre contre l’Espagnol Francisco Garrigos. Son compatriote Albert Oguzov et le Français Cedric Revol complètent le podium.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Sport

World Football Summit : sécurité et connectivité