La justice britannique oblige Uber à salarier ses chauffeurs

Access to the comments Discussion
Par Anne Glémarec
La justice britannique oblige Uber à salarier ses chauffeurs

<p>Uber va devoir traiter ses conducteurs comme des salariés au Royaume-Uni. La justice britannique a donné raison à deux chauffeurs de la plate-forme de transport qui réclamaient de pouvoir bénéficier de congés payés, d’indemnités maladie et du salaire horaire minimum garanti – soit 8 euros par heure.</p> <blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="en" dir="ltr">Uber drivers win UK legal battle over employment rights <a href="https://t.co/dlrFF4yWQp">https://t.co/dlrFF4yWQp</a></p>— Financial Times (@FinancialTimes) <a href="https://twitter.com/FinancialTimes/status/791995585687654400">28 octobre 2016</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script> <p>Le développement fulgurant de l’application américaine de réservation de voitures avec chauffeur a été accompagné de vives polémiques en Europe, où les taxis dénoncent une concurrence déloyale.</p> <p>De source syndicale, la décision du tribunal de Londres concerne quelque 30.000 chauffeurs en Angleterre et au Pays de Galles. Uber, qui fait l’objet de poursuites similaires dans d’autres pays, dont la <a href="http://www.challenges.fr/article/20160513.CHA9133/l-ursaff-veut-requalifier-les-chauffeurs-d-uber-en-salaries.html">France</a>#, va se pourvoir en appel.</p> <p>Avec <span class="caps">AFP</span>, Reuters.</p>