DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Turquie : Martin Schultz dénonce les arrestations de journalistes de Cumhuriyet


Turquie

Turquie : Martin Schultz dénonce les arrestations de journalistes de Cumhuriyet

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Plusieurs dizaines de personnes se sont rassemblées devant le siège du journal d’opposition Cumhuriyet à Istanbul, après l’arrestation ce lundi d’une douzaine de ses dirigeants et de journalistes, dont le rédacteur en chef Murat Sabuncu.

Dans un tweet, le président du Parlement européen Martin Schulz évoque une “nouvelle ligne rouge franchie contre la liberté d’expression en Turquie”.
Il ajoute, à propos du nouveau limogeage annoncé de 10 000 fonctionnaires, que les “considérations politiques” semblent prévaloir “sur une logique légale ou sécuritaire” en Turquie.

Autre charge contre ces arrestations, celle de Mahmut Tanal, avocat et membre du CHP (Parti républicain du peuple), la principale formation d’opposition :

“Cette opération vise ceux qui sont en faveur d’un Etat de droit, ceux qui défendent un système judiciaire séculaire, elle a été menée contre la démocratie, contre les libertés.”

Selon le parquet d’Istanbul, ces arrestations sont liées à une enquête pour “activités terroristes” en lien avec le mouvement du prédicateur Fethullah Gülen et avec le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).

“Cette opération n’est pas dirigée contre les journalistes de Cumhuriyet, elle vise plutôt Yenigun News and Publishing, le groupe qui possède le journal Cumhuriyet”, précise quant à lui le vice-Premier ministre turc Numan Kurtulmus.

En mai 2015, Cumhuriyet affirmait, video à l’appui, que les services secrets turcs avaient fourni des armes à des rebelles islamistes en Syrie. Le président Recep Tayyip Erdogan avait alors déclaré que l’auteur de l’enquête allait “payer le prix fort”.

Avec AFP

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Argentine : l'ex-présidente entendue dans une affaire de favoritisme