DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Paris/Saint-Denis, 13 novembre 2015, 130 morts : rappel des faits


France

Paris/Saint-Denis, 13 novembre 2015, 130 morts : rappel des faits

Il est 21h20, vendredi 13 novembre 2015, lorsqu‘à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), une banlieue nord de Paris, les spectateurs du match amical de football France-Allemagne entendent une détonation. Puis deux autres. Trois kamikazes se sont fait exploser. Un homme de 63 ans, est tué. La première victime d’une nuit de terreur.

Parallèlement, dans Paris, ceux que l’on appellera le “commando des terrasses” mitraillent à la Kalachnikov des occupants de cafés et de restaurants. Le Carillon, Le Petit Cambodge, A la bonne bière, Casa Nostra, La Belle équipe… Ils tirent au hasard. Calmement, l’air paisible, “presque un léger sourire aux lèvres”, décrira un témoin. Ils feront 39 morts et de très nombreux blessés.

Un peu plus loin, un autre commando, formé de trois hommes, fait irruption dans une salle de spectacle, le Bataclan. Elle est pleine à craquer. Un groupe de rock californien, Eagles of Death Metal, est sur scène. Il est en train de jouer “Kiss the devil” (“Embrasse le diable”). La fête tourne au carnage. Les cadavres s’amoncellent. Certains parviennent à se cacher ; d’autres, blessés, font le mort pour ne pas être littéralement achevés. Les forces d‘élite donneront l’assaut à 0h18. Les assaillants se font sauter. Quatre-vingt dix personnes ont été tuées.

Le bilan total s‘élève à 130 morts, des centaines de blessés… et de rescapés traumatisés à vie.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Troisième nuit de manifestations anti-Trump aux Etats-Unis