DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

L'OTAN ne croit pas aux menaces de retrait de Donald Trump


Le bureau de Bruxelles

L'OTAN ne croit pas aux menaces de retrait de Donald Trump

Durant sa campagne électorale, le président élu Donald Trump a menacé de se désengager de l’OTAN. Notre reporter James Franey a pu s’entretenir avec le Secrétaire Géneral de l’Alliance, Jens Stoltenberg, pour savoir comment vont évoluer les relations entre l’OTAN et le nouveau président des Etats-Unis.

Euronews: “Jens Stoltenberg, secrétaire général de l’OTAN, merci de nous recevoir. Donald Trump vient d‘être élu président des Etats-Unis, quelle est votre réaction à cette élection? J’imagine que les ambassadeurs des pays Baltes doivent tirer une tête jusque par terre…”

Jens Stoltenberg, OTAN: “On a tous hâte de travailler avec le présdient élu Donald Trump et je suis impatient de l’accueillir au sommet de l’OTAN à Bruxelles l’année prochaine. Je suis convaincu que Donald Trump va respecter et maintenir l’engagement américain au sein de l’OTAN et pour la sécurité de l’Europe.

Euronews: “Est-ce que les pays Baltes partagent le même enthousiasme? Votre assurance me surprend étant donné les commentaires de campagne de Trump qui a qualifié l’OTAN d’organisation ‘obsolète’…

Stoltenberg: “Donald Trump a également dit être un grand partisan de l’OTAN. Son message concerne en fait les dépenses et le partage du financement entre les USA et l’Europe. Sur ce point, je suis d’accord avec lui. Nous devons avoir un partage plus équitable. On ne peut pas éternellement demander aux Etats-Unis de financer 70% du budget de l’OTAN. Donc ma grande priorité depuis que je suis devenu secrétaire général en 2014 a été de m’assurer que les alliés européens augmentent leur budget en matière de défense.

Euronews: “En ce moment, personne à Bruxelles ou à Washington n’a la moindre idée de ce à quoi va ressembler la politique étrangère de Trump. Pourtant vous semblez plutôt confiant sur le fait que Donald Trump ne va pas se désengager de l’OTAN. Vous pensez que vos relations seront lisses et chaleureuses quand il aura pris ses fonctions?

Stoltenberg: “Oui je suis confiant pour plusieurs raisons. Notamment parce que c’est dans l’intérêt des USA et que durant les sept dernières décénnies on a bien vu que les Européens sont les plus fidèles amis des Américains. Nous sommes leurs meilleurs amis. Et puis l’Europe a soutenu les Etats-Unis dans plusieurs opérations et coalitions. En Afghanistan mais aussi dans la lutte contre le groupe terroriste Etat Islamique, l’Otan apporte son soutien. Et les deux guerres mondiales nous on appris que la stabilité de l’Europe est importante pour les Etats-Unis.

Euronews: “Avez-vous déjà parlé au président élu, ou est-ce prévu bientôt?”

Stoltenberg: “J’espère lui parler prochainement. Mes collaborateurs sont en contact avec son équipe de transition et je suis impatient de lui parler. Ensuite je l’accueillerai à Bruxelles pour le sommet de l’OTAN, l’année prochaine et bien entendu j’ai hâte de travailler avec lui sur toute une série de questions auxquelles l’Otan doit faire face. Nous devons renforcer la défense collective mais aussi promouvoir la stabilité, combattre le terrorisme et stabiliser notre voisinnage comme on le fait en Afghanistan ou en soutenant la coalition contre Daesh en Irak et en Syrie.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Le bureau de Bruxelles

Des officiers turcs de l'OTAN demandent l'asile