DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

"Donbas Groove" : guerre et paix dans l'est de l’Ukraine en photos

Chacune des plus de 60 photos exposées raconte une histoire unique de charité extraordinaire et de projets entrepris sur la ligne de front du Donbass, en Ukraine.

Vous lisez:

"Donbas Groove" : guerre et paix dans l'est de l’Ukraine en photos

Taille du texte Aa Aa

“Donbas Groove” ou la vie qui recommence

Point of view

Mon premier voyage à Donbas a été un dialogue très gênant, non seulement avec les gens que j'ai rencontrés, mais avant tout avec moi-même. Pourquoi cela est-il arrivé à eux et comment le raconter à ceux qui vivent en Europe occidentale ? C’est alors que j'ai réalisé que les histoires des gens parleraient

L’exposition intitulée “Donbas Groove” présente une soixantaine de photos qui donnent l’occasion de mieux connaître les Ukrainiens vivant dans l’est du pays, près de la frontière avec la Russie. Elle va être inaugurée le 29 novembre prochain à Paris.

Le projet Donbas Groove transporte le public dans l‘épicentre du conflit, qualifié de « guerre hybride », qui, au cours des deux dernières années et demie, a emporté près de 10 000 personnes, dont 2000 civils.

Faisant abstraction des complexités politiques et militaires de cette guerre, l’exposition vise à montrer son autre dimension et dire comment les gens les plus ordinaires, en faisant les choses les plus extraordinaires, essaient de mettre fin au conflit ukrainien.

Untitled

L’auteur du projet, la journaliste et photographe Natalia Liubchenkova, a effectué sa première visite dans les zones contrôlées par le gouvernement ukrainien à Donbass il y a presque deux ans. Son appareil photo a capté non seulement des bâtiments détruits par les bombardements, des hôpitaux et des centres pour les personnes déplacées, mais a également mis en lumière le monde intérieur des personnes qui ont vécu le pire et qui ont trouvé la force d’aller de l’avant et de chercher de nouveaux horizons.

Natalia admet que son premier voyage à Donbass a suscité un dialogue perturbant, non seulement avec les gens qu’elle a rencontrés, mais d’abord et avant tout avec elle-même : «Je voyais des trous d’obus dans les murs des bâtiments et essayais de comprendre ce que ces gens, les Ukrainiens, ont dû endurer. Pourquoi cela s’est-il passé et comment expliquer cela à ceux qui vivent en Europe occidentale ? C’est alors que j’ai réalisé que les histoires de ces gens parleraient pour elles et pour l’Ukraine».

Reconstruire et créer au lieu de détruire

Natalia Liubchenkova a confié à Euronews que son projet concernait tous les gens qui risquent leur vie en aidant les autres et essayent de réaliser leurs rêves malgré les horreurs de la guerre.

Parmi eux, il y a un homme appelé Ivan. Il travaillait dans les mines de charbon avant de fuir avec sa famille le village de Makiyivka, déchiré par la guerre. Il ne pouvait pas imaginer ouvrir sa propre entreprise agricole, quelque chose dont il rêvait depuis des années. Mais c’est exactement ce qu’il a fait : créer de nouveaux emplois et même planifier la prochaine étape, l’ouverture d’un magasin d’alimentation biologique.

Untitled

Oleksandr, médecin-chef de l’hôpital de Mykolayivka, se souvient encore qu’en 2014, lui et un autre chirurgien opéraient des dizaines de blessés dans les pièces du sous-sol, éclairés seulement par des bougies. Aujourd’hui, il récolte avec succès des fonds pour reconstruire l’hôpital.

Untitled

Yana, qui, depuis son départ de Donetsk, fait partie des déplacés internes, est tombée amoureuse de sa nouvelle maison dans le village de Krasna Luka, à côté d’une réserve naturelle. Elle prévoit d’y ouvrir une attraction touristique écologique.

Untitled

Vitaliy de Slovyansk restaure sa poterie, fortement endommagée par les bombardements. Sa ville, maintenant contrôlée par les forces gouvernementales ukrainiennes, fut l’une des premières à voir éclater le conflit armé avec les séparatistes pro-Russes en avril 2014.

Untitled

A Maryinka, bastion des forces pro-Russes près de Donetsk, une boulangerie de charité produit du pain frais qu’elle distribue souvent gratuitement aux plus démunis.

Untitled

Malgré le «cessez-le-feu» officiel, accepté par toutes les parties à Minsk, Maryinka est encore régulièrement bombardée. Près de la moitié de la population a déjà quitté la ville. Nastya, 6 ans, est parmi ceux qui ont choisi de rester.
En raison du stress permanent causé par la guerre, la fillette a commencé à perdre ses cheveux.
Elle se remet petit à petit maintenant, grâce à l’aide des professionnels de la santé et des bénévoles.

An underground shelter

« En préparant cette exposition, j’essayais de toucher les cœurs des Européens de l’Ouest avec les histoires des Ukrainiens. Ce n’est qu’en établissant des parallèles entre la vie de quelqu’un et la nôtre que nous réalisons que tous les gens sont semblables, sinon identiques, quand il s’agit de leur dignité, leur liberté et leur droit au bonheur ».

L’exposition « Donbas Groove » se tiendra au Centre culturel et d’information de l’Ambassade d’Ukraine à Paris du 29 novembre au 9 décembre 2016.

Natalia

L’exposition montrera également quelques contes de Donbass à travers une présentation vidéo.

En voici un aperçu :

Natalia Liubchenkova est née à Kiev, en Ukraine. Diplômée d’un Master en Analyse de l’Information Internationale, elle a également suivi une formation de photojournalisme à l’Institute of Photography de New York. Depuis 2008, elle travaille en tant que journaliste et rédactrice pour la télévision. Depuis 2011, elle réside à Lyon et couvre l’actualité internationale mais retourne souvent en Ukraine. Son appareil photo est toujours à portée de main dans son sac.