DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Pologne; troisième jour de manifestation, le gouvernement joue l'apaisement


Pologne

Pologne; troisième jour de manifestation, le gouvernement joue l'apaisement

Ils sont encore quelques milliers dans les rues de Varsovie. Troisième jour d’un mouvement assez inédit en Pologne qui a vu les manifestants bloquer les accès au Parlement et la police devoir assurer la sortie de Jaroslaw Kaczynski, le président du PiS, le parti conservateur au pouvoir.
L‘étincelle a été le vote du budget à la Diète vendredi, l’Assemblée nationale polonaise, que l’opposition estime illégal. Mais aussi un nouveau réglement qui limite l’accès des journalistes aux parlementaires, dans un pays où l’indépendance des médias est déjà source d’inquiétude.
Le président du Sénat a rencontré ce week-end, les représentants des journalistes, pour essayer de calmer les esprits. Côté gouvernement, le président polonais Andrzej Duda a joint dès dimanche l’ensemble des partis d’opposition représentés au Parlement et les responsables du PiS.

Les manifestants se sont réunis devant le siège du Tribunal constitutionnel pour remercier son président, Andrzej Rzeplinski, qui quitte ses fonctions le 19 décembre, à l’expiration de son mandat. M. Rzeplinski symbolise la résistance à une série de lois destinés à mettre au pas cette instance veillant à la conformité de la législation à la loi suprême.
Sa succession fait toujours l’objet d’un bras de fer entre le Tribunal, où la majorité des juges est opposée aux réformes du PiS, et le parlement, qui considère que le Tribunal est un outil aux mains de l’opposition, en dépit des inquiétudes exprimées par différentes institutions européennes.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Etats-Unis

Donald Trump, une transition qui donne le ton