DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

L'ONU dit oui au plan russo-turque pour la paix en Syrie


monde

L'ONU dit oui au plan russo-turque pour la paix en Syrie

C’est une étape importante dans la résolution du conflit syrien. Le Conseil de sécurité a adopté à l’unanimité une résolution qui soutient “les efforts de la Russie et de la Turquie pour mettre fin à la violence en Syrie”. Il soutient le texte soumis la veille par la Russie, qui prévoit d’une part la poursuite du cessez-le-feu sur tout le territoire syrien, et d’autre part, la tenue de négociations de paix fin janvier à Astana, la capitale du Kazakhstan.

“C’est une initiative très importante”, selon l’ambassadeur de la Russie aux Nations unies,
Vitali Tchourkine. La résolution adoptée aujourd’hui confirme la nécessité d‘établir et de respecter la trève en Syrie, autant que la nécessité d’organiser une rencontre importante à Astana.”

Troisième parrain de l’initiative de paix, l’Iran soutient au même titre que la Russie, le régime de Bachar al-Assad. Téhéran a reçu ce samedi le ministre syrien des Affaires étrangères, Walid al-Moallem.

Si le plan est soutenu par la communauté internationale, certains pays, comme la France, ont aussi souligné ses zones d’ombre : les modalités de la trève ne sont pas précisées, la liste des groupes armés concernés non plus. Les groupes djihadistes, Etat islamique et Fateh al-Cham, en sont notamment exclus.

Le Conseil de sécurité rappelle aussi la nécessité d’appliquer “toutes les résolutions pertinentes de l’ONU” sur la Syrie, citant la 2254 de décembre 2015 qui prévoyait, sous l’initiative de Washington, une feuille de route complète de sortie de crise.

L’ONU réclame par ailleurs un “accès humanitaire rapide, sûr et sans entraves” aux populations civiles. La guerre en Syrie a fait plus de 310 000 morts et des millions de réfugiés depuis mars 2011.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

monde

Auckland, Sydney et Hong Kong sont déjà passés en 2017