DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La nuit d'horreur d'un Libanais blessé dans la discothèque d'Istanbul

Parmi les 61 personnes blessées, Le Libanais François al-Asmar a eu beaucoup de chance.

Vous lisez:

La nuit d'horreur d'un Libanais blessé dans la discothèque d'Istanbul

Taille du texte Aa Aa

Parmi les 61 personnes blessées, Le Libanais François al-Asmar a eu beaucoup de chance. Il s’en sort avec une blessure à l‘épaule. Hospitalisé, il raconte cette nuit d’horreur :

Point of view

"Il ne tirait pas en l'air mais en direction du plancher où nous étions allongés"

“Il a tiré une première fois et nous avons pensé – j’ai pensé – que c‘était quelqu’un en colère ou ivre. Mais quelques secondes plus tard, nous avons entendu toute une rafale. Nous étions déjà plaqués au sol. Je me cachais derrière la table, assis sur le sol mais mon épaule était exposée. Il nous a tiré dessus quand nous étions au sol. Il ne tirait pas en l’air mais en direction du plancher où nous étions allongés. Si j’avais été allongé de tout mon corps, tout mon corps aurait été criblé de balles. Mais j‘étais assis. J’ai été touché tout de suite, ça n’a pas pris beaucoup de temps. Quand j’ai été touché, j’ai dû m’allonger. J’ai fait le mort donc il a arrêté de me viser.”