DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Interrogations après la démission de l'ambassadeur britannique auprès de l'UE


Le bureau de Bruxelles

Interrogations après la démission de l'ambassadeur britannique auprès de l'UE

La démission de l’ambassadeur britannique auprès de l’Union européenne continue de faire des vagues. Dans un courriel adressé à ses collaborateurs, Ivan Rogers estime qu’il y a «  très peu d’expérience sérieuse pour ce qui est des négociations multilatérales à Whitehall », le quartier ministériel de Londres. « J’espère que vous continuerez à contrer les arguments infondés et les raisonnements confus et que vous n’aurez jamais peur de dire la vérité à ceux qui sont au pouvoir », ajoute-t-il.

La Commission européenne est la première institution à avoir réagi. Sa porte-parole, Natasha Bertaud, déplore « la perte d’un interlocuteur très professionnel, très bien informé, bien que pas toujours facile ».

Cette annonce intervient à quelques semaines du lancement de la procédure de divorce entre le Royaume-Uni et l’Union. L’ambassadeur britannique auprès des institutions jouera de facto un rôle clef dans ces pourparlers. Or Ivan Rogers possédait une forte expérience de la politique européenne.

Autre épine dans le pied du gouvernement britannique, la décision dans les prochains jours de la Cour suprême de Londres. Les juges doivent définir si la Première ministre peut déclencher seule les négociations ou si elle doit obtenir l’aval du Parlement.