DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

L'Afrique, terre de développement pour les entreprises marocaines


target

L'Afrique, terre de développement pour les entreprises marocaines

Le Maroc s’est doté d’une stratégie ambitieuse pour stimuler sa croissance économique et s’implanter davantage sur les marchés régionaux. Le succès des entreprises marocaines dans l‘énergie et la santé a fait du Royaume, l’un des investisseurs les plus importants en Afrique. Pourquoi le Maroc investit-il dans les secteurs cruciaux ? Et dans quelle mesure les sociétés marocaines impliquées soutiennent-elles les plans de développement du continent ? C’est ce que nous découvrons dans cette édition de Target.

Le Maroc applique avec succès sa stratégie qui vise à stimuler sa croissance économique et à s’implanter davantage en Afrique. Il est devenu un modèle sur le marché africain émergent grâce aux projets portés par des entreprises marocaines dans l‘énergie et la santé. Quelles sont-elles ? C’est ce que nous allons voir à Casablanca, capitale économique du Royaume.

Pour accompagner le secteur privé marocain dans le développement de ses activités en Afrique, Maroc Export (le Centre de promotion des investissements marocains) collabore avec la Banque africaine de développement. Entre 2008 et 2015, les entreprises marocaines ont investi 2,2 milliards de dollars en Afrique, en particulier subsaharienne.

Des cultures proches

Récemment, Maroc Export a remis le prix Great Africa à trois entreprises pour leurs réalisations sur le continent. Parmi les lauréates, Fabrilec qui a construit au Burkina Faso, 800 kilomètres de lignes moyenne tension alimentant 87 villages.

“Le business en Afrique, c’est une aventure, reconnaît Moustapha Mouchrek, son PDG. Je crois que par notre culture qui est très proche, nous avons plus de chance, donc nous savons nous adapter un peu plus que d’autres, ajoute-t-il. Nos projets de construction consistent à faire les études et la fourniture, nous faisons assez souvent appel aux produits marocains : les câbles, les supports, les transformateurs parce que tout simplement, les produits marocains sont bons et compétitifs,” assure-t-il.

Et ces produits, Fabrilec les trouve notamment chez Energy Transfo qui a également remporté le prix Great Africa. Cette entreprise conçoit et fabrique du matériel électrique depuis plus d’un demi-siècle déjà. Elle est agréée auprès de tous les distributeurs d‘énergie du pays et s’est lancée dans les exportations vers l’Afrique en 2010.

“Le secteur électrique a connu une forte croissance au Maroc, c’est ce qui a permis à son industrie de se développer, raconte Nouzha Taarji, sa dirigeante. Aujourd’hui, nous avons un large éventail d’industries marocaines qui fabriquent une multitude de matériel électrique : c’est ce qui aujourd’hui, permet aux clients africains de venir s’approvisionner sur un marché global : celui du Maroc, estime-t-elle. Nos clients, quand ils viennent nous rendre visite, se projettent vers l’avenir et se disent que si le Maroc a réussi à développer son industrie, pourquoi eux dans leurs pays ne pourraient pas la développer,” conclut-elle.

Développement économique et social

Le Maroc parie aussi sur la santé et l’industrie pharmaceutique : le pays soutient les exportations de ses produits nationaux, en particulier vers l’Afrique. Distinguée elle aussi par le prix Great Africa, Cooper Pharma est l’une des plus anciennes sociétés pharmaceutiques marocaines. Elle compte déjà des clients africains, mais elle va plus loin : elle prévoit de monter une usine au Rwanda.

Pour son PDG Aymen Cheikh Lahlou, investir en Afrique a aussi une dimension sociale. “Il ne peut pas y avoir de développement économique et social sans investissement dans la santé, insiste-t-il. En tant qu’entreprises pharmaceutiques, on participe à la réalisation de cet objectif : cela passe par la création d’emplois, des investissements directs étrangers, un travail sur la mise à disposition des médicaments sur le marché local, des prix faibles, un meilleur accès aux traitements, mais cela passe aussi par la formation de personnels qualifiés parce que notre industrie doit répondre à des normes internationales élevées en termes de qualité,” fait-il remarquer.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

target

Burkina Faso : une mine d'opportunités