DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Décret anti-immigration : l'Iran répond à Trump

Le nouveau président américain a notamment gelé l'entrée de ressortissants de sept pays musulmans.

Vous lisez:

Décret anti-immigration : l'Iran répond à Trump

Taille du texte Aa Aa

Protéger les Etats-Unis face aux terroristes étrangers. C’est l’objet d’un décret pris par Donald Trump, qui interdit pendant trois mois l’entrée, sur le sol américain, de ressortissants de sept pays musulmans, hormis les diplomates et les représentants d’institutions internationales. Sont concernés : l’Irak, la Syrie, le Yémen, la Somalie, le Soudan, la Libye et aussi l’Iran.

À Téhéran, le président Hassan Rohani a vivement dénoncé la décision du nouveau président américain : “Aujourd’hui, nous ne sommes plus à une époque où on construit des murs entre les nations. Ils ont oublié, qu’il y a quelques années, le mur de Berlin s’est effondré.”

Donald Trump a également suspendu pendant quatre mois l’accueil des réfugiés, suscitant la réaction conjointe de l’UNHCR et de l’OIM, l’Organisation internationale pour les migrations, qui appellent les Etats-Unis à poursuivre leur rôle de protecteur des populations fuyant la guerre et la persécution.

La mesure concerne notamment les réfugiés syriens, qui sont environ 18.000 à etre entrés sur le sol américain depuis 2011.

Près de Los Angeles, des musulmans font part de leur indignation :

“Les familles syriennes viennent aux Etats-Unis à cause des politiques étrangères conduites ailleurs dans le monde, explique ce musulman. Malheureusement, Trump n’en veut pas. Mais des gens comme lui n’ont jamais connu des temps difficiles, la crise ou la guerre’‘, souligne Sammy, qui est arrivé aux Etats-Unis en tant que réfugié palestinien.

“Je suis pour une sécurité renforcée, pour des processus de vérification qui soient légitimes. Mais je suis contre le profilage racial, contre les préjugés’‘, souligne Ayman, un autre réfugié.

À New York, une centaine de personnes ont formé une chaîne humaine devant le bâtiment qui abrite le Département de la Sécurité Intérieure.

Dans le camp démocrate, certains, comme le sénateur Ben Cardin, estiment que les décrets Trump “sapent les valeurs et les traditions de l’Amérique”.

Avec AFP