DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Expulsions : Donald Trump persiste et signe


monde

Expulsions : Donald Trump persiste et signe

Le président américain refuse de revenir sur son dernier décret qui interdit l’entrée aux États-Unis de ressortissants de sept pays, dont les réfugiés originaires de Syrie et d’Irak. Il affirme que les visas seront à nouveau disponibles sous 90 jours, lorsque de mesures de sécurité seront mises en place. Cette interdiction ne vise pas, dit-il, les musulmans. Un membre de son administration a même suggéré que d’autres pays pourraient être prochainement visés.

Cette mesure a semé le chaos dans plusieurs aéroports à travers le globe, en raison de la confusion juridique qu’elle a suscité. En réaction aux premières expulsions, des manifestations ont été organisées aux États-Unis, de New York à Boston, en passant par Los Angeles.

“Je suis venu ici aujourd’hui pour envoyer un message à Trump et son administration, explique un manifestant. Nous ne voulons aucune interdiction, nous ne voulons pas de mur. Nous ne voulons pas d‘États-Unis fasciste”.

Et alors que des citoyens américains ont décidé hier d’accueillir spontanément des inconnus dans leurs aéroports, 16 procureurs ont rejoint la juge de New York Ann Donnelle qui a décidé de bloquer, au moins partiellement, le décret de Donald Trump.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Roumanie

La grogne sociale ne faiblit pas en Roumanie contre la réforme controversée du code pénal