DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Ukraine : l'UE dénonce "une rupture flagrante du cessez-le-feu"


Ukraine

Ukraine : l'UE dénonce "une rupture flagrante du cessez-le-feu"

Les nouveaux affrontements dans l’est de l’Ukraine sont une “rupture flagrante du cessez-le-feu” imposé par les accords de Minsk et doivent cesser immédiatement, ont affirmé mardi les services de la chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini.

Les combats intenses autour d’Avdiïvka ces derniers jours, impliquant des tirs lourds d’obus avec des armes interdites et causant un nombre important de victimes, sont une rupture flagrante du cessez-le-feu tel que stipulé dans les accords de Minsk“, selon un communiqué de ces services.

Nous exigeons un arrêt immédiat des combats. Le respect complet du cessez-le-feu est une étape cruciale vers l’application intégrale des accords de Minsk, qui est la base pour pour une solution pacifique et durable du conflit“, ajoutent-ils.

Les accords de cessez-le-feu signés à Minsk en février 2015, sous l‘égide de Paris et Berlin, ont pour objectif de mettre fin à la confrontation. Mais malgré l’instauration de plusieurs trêves depuis cette date, des affrontements ont régulièrement lieu le long de la ligne de front.

Le non respect du cessez-le-feu a conduit l’UE à imposer une série de lourdes sanctions économiques contre la Russie de Vladimir Poutine. Elles ont été récemment prolongées, à l’unanimité des 28 Etats membres, pour une nouvelle période de six mois, jusqu’au 31 juillet 2017.

Washington a également décrété des sanctions économiques à l’encontre de Moscou à cause du conflit ukrainien, mais le nouveau président américain Donald Trump a fait part de sa volonté d’“améliorer les relations” entre les Etats-Unis et la Russie.

La situation à Avdiïvka

Les combats entre l’armée ukrainienne et les rebelles prorusses se poursuivaient mardi près de la ville industrielle d’Avdiïvka dans l’est de l’Ukraine, où des milliers de civils sont sans électricité ni chauffage.

Le Kremlin est “extrêmement préoccupé” par la situation, a déclaré mardi son porte-parole Dmitri Peskov.

Depuis dimanche, les combats ont causé la mort d’au moins 13 personnes, dont plusieurs civils près d’Avdiïvka, située à dix kilomètres au nord du fief rebelle de Donetsk, et contrôlée par les forces de Kiev. Il s’agit des pires violences depuis l’instauration d’une nouvelle trêve fin décembre.

Mardi, les rebelles ont annoncé la mort d’un civil, alors que les parties belligérantes s’affrontaient encore à coup de tirs d’artillerie et de lance-roquettes, selon une journaliste de l’AFP sur place.

En ce moment, il n’y a plus d‘électricité, nous n’avons pas trouvé une solution pour le chauffage et les conduites de gaz ont été détruites“ à Avdiïvka, a raconté à l’AFP une porte-parole de l’armée, Olena Mokryntchouk, alors que les températures ont chuté à -15 degrés dans la nuit de lundi à mardi.

Un haut responsable militaire, Freedon Vekoua, a affirmé à l’AFP se préparer à une éventuelle évacuation des 20.000 habitants d’Avdiïvka. “Nous le ferons en dernier recours. Il reste une chance de rétablir le chauffage“, a-t-il cependant souligné.

L’Ukraine est en proie depuis presque trois ans à un conflit ayant fait près de 10.000 morts.

Avec agence (AFP)