DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

L'UE veut réduire l'afflux de migrants en provenance de Libye


Le bureau de Bruxelles

L'UE veut réduire l'afflux de migrants en provenance de Libye

Les défis ne manquent pas pour le sommet informel à Malte des chefs d’État et de gouvernement de l’Union européenne. La Valette s’inquiète du retour des migrants dans les prochaines semaines, le Royaume-Uni s’engage vers la sortie, et le spectre du président américain plane sur la rencontre. Les décisions migratoires de Donald Trump ont provoqué l’indignation dans les capitales européennes. Pourtant l’Union envisage de son côté de renforcer sa politique en la matière. Malte veut stopper les arrivées en provenance de Libye. Selon un projet de conclusion, les 28 envisageraient ainsi de renvoyer les migrants sur place. L’intention serait de dissuader les demandeur d’asile de tenter la traversée de la Méditerranée. Mais les conflits et l’instabilité qui frappent le Nord de l’Afrique et le Proche-Orient rendent cet objectif difficile.
Regina Catrambone est co-fondatrice de l’ONG MOAS (Migrant Offshore Aid Station) qui vient porter secours en mer aux migrants. L’organisation défend la mise en place de routes migratoires légales vers l’Europe. Pour elle, la Méditerranée «  devient un cimetière car beaucoup, beaucoup de personnes fuient les guerres et les persécutions pour trouver une vie meilleure ».
Selon les Nations Unies plus de 1 700 personnes ont déposé l’année dernière une demande d’asile à Malte. La grande majorité vient de Libye, de Syrie, d’Érythrée et de Somalie. Pour les volontaires qui viennent en aide aux migrants les projets européens sont voués à l‘échec. Ahmed Bugri, directeur de Foundation for Shelter and Support to Migrants, dénonce d’ailleurs le double langage des 28. « L’Union européenne ne peut pas d’un côté accuser Donald Trump de construire un mur matériel entre les États-Unis et le Mexique, et de l’autre construire des murs immatériels pour empêcher de jeunes africains de rejoindre l’Europe », explique-t-il. La poursuite du conflit en Syrie et les tensions persistantes dans l’ensemble de la région risquent de mettre à mal les objectifs de l’Union européenne.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Le bureau de Bruxelles

Débat au Parlement européen sur le décret américain anti-immigration