DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Où paye-t-on les plus grosses amendes pour excès de vitesse en Europe ?


monde

Où paye-t-on les plus grosses amendes pour excès de vitesse en Europe ?

A partir du 24 avril prochain, un nouveau système d’amendes concernant les excès de vitesse va être mis en place en Angleterre et au Pays de Galles. Pour calculer les contraventions, les revenus des contrevenants seront déterminants. Mais, à la différence de certains pays où un tel système existe déjà, le seuil maximum des amendes pour grand excès de vitesse sera maintenu, à savoir 1 000 £ (1 175 €) sur route et 2 500 £ (2 938 €) sur autoroute. La modification portera dans les faits sur le montant de l’amende qui pourra aller jusqu’à 150% voire 175% des revenus hebdomadaires, contre 100% jusqu’alors.

Selon l’office britannique des statistiques, le salaire médian en 2016 au Royaume Uni était de 587 £ par semaine. Ainsi, à partir du 24 avril prochain, une personne touchant ce salaire se faisant flasher à plus de 30 mph (48 km/h) sur autoroute risquera donc jusqu’à : 587 x 150% = 880,5 £ (1035 €). Avant la mise en place de cette réforme, le montant de l’amende pour cette même personne était de 587 x 100% = 587 £ (690 €).

Pour une personne gagnant 2 000 £ par semaine, le calcul sera le suivant : 2000 x 150% : 3 000, mais le montant de l’amende ne sera que 2 500 £ (contre 2 000 £ - 2 349 € - avant la réforme) en vertu du montant maximum fixé.

En 2015, 166 216 personnes avaient été verbalisées pour excès de vitesse en Angleterre et au Pays de Galles. Le montant moyen des amendes délivrées était de 188 £ (220 €). Avec cette modification, les autorités espèrent inciter les automobilistes à plus de prudence et sans doute remplir les caisses. Cette même année 2015, 280 111 accidents, dont 3 232 mortels, imputés à la vitesse ont été comptabilisés sur l’ensemble du Royaume Uni.

Les amendes encourues en Europe pour très grand excès de vitesse

Sur les autoroutes européennes, les écarts entre les amendes maximales, selon les pays, sont énormes : entre moins de 100 € et des centaines de milliers d’euros. Uniquement les cas théoriques ont été retenus, ceux inscrits dans les textes de lois des pays concernés.

Les plus grosses amendes

Pratiquement 300 000 CHF (280 000 €) pour avoir dépassé la vitesse autorisée de 40 km/h. C’est le record pour un excès de vitesse établi en 2010 en Suisse. Le conducteur, un ressortissant helvète, avait été contrôlé dans le canton de Saint-Gall au volant de sa Ferrari Testarossa. Circonstance aggravante, l’homme était multirécidiviste – il s’était déjà fait retiré son permis plusieurs fois – et surtout millionnaire. Ce dernier point est d’importance. En Suisse, les revenus des contrevenants sont pris en compte pour établir le montant des contraventions en cas de très grand excès de vitesse.

La Finlande dispose également d’un tel système. Le principe des « Päiväsakko», les jours-amende basés sur les revenus, existe depuis 1920 et a été modifié dans les années 2000. Il s’applique à partir d’un excès de vitesse de plus 20 km/h. De très grosses amendes sont donc distribuées. En 2015, un homme d’affaire finlandais s’est vu infliger 54 024 € d’amende pour avoir été contrôlé à 103 km/h sur une route limitée à 80 km/h. A l’époque, l’homme avait peu
apprécié la “plaisanterie”. Il avait même menacé de quitter la Finlande dans un message posté sur les réseaux sociaux :

Le montant de sa contravention avait été calculé sur ses revenus de 2013, soit 6 559 742 €. L’amende de 54 024 € en question correspondait à 0,8% de ses revenus. Quelques années auparavant, en 2002, le directeur de Nokia avait lui dû débourser 116 000 € pour dépassement de 25 km/h.

Les amendes ne sont pas la seule sanction

Dans la grande majorité des pays, les conducteurs se voient également retirer leur permis en cas de très grand excès de vitesse. Cette infraction est également très souvent considérée comme un délit. Des frais de justice peuvent s’ajouter aux amendes. Et selon certaines législations, les véhicules peuvent être également immobilisés ou même saisis, comme en France.

L’ Espagne, la France, ou la Suisse ont également mis en place dans leur dispositif de lutte contre les vitesse excessives, des peines de prison en plus des sanctions financières. Ainsi en Suisse, la personne coupable d’un excès de vitesse de plus 80 km/h, sera poursuivie pour avoir commis un « délit de chauffard ». Elle risque, selon les alinéas 3 et 4 de l’art. 90 de la loi sur la circulation routière suisse une peine de prison de un à quatre ans, en plus d’une amende particulièrement salée.

Enfin, les automobilistes circulant à l’étranger risquent d’avoir une surprise dans leur boîte aux lettres à leur retour de vacances ou de déplacements professionnels. En vertu d’une directive européenne incitant les pays à échanger leurs informations concernant les infractions, de nombreux Etats (membres de l’UE ou non, comme la Suisse) ont déjà mis en place des accords bilatéraux avec leurs voisins. La France a par exemple passé des accords avec l’Autriche, l’Italie, le Luxembourg, la Belgique, l’Allemagne, la Suisse, les Pays-Bas, l’Espagne, la Pologne et la Roumanie. Les infractions commises en dehors du pays de résidence ne restent donc plus impunies, dont acte !

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

monde

Les Roumains dans la rue : on vous explique cette nouvelle législation anti-corruption