DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Affaire Fillon: de nouvelles révélations fragilisent encore le candidat de la droite à la présidentielle


France

Affaire Fillon: de nouvelles révélations fragilisent encore le candidat de la droite à la présidentielle

ALL VIEWS

Touchez pour voir

En France, François Fillon maintient le cap malgré la tempête. Le candidat de la droite à la présidentielle poursuit coûte que coûte sa campagne pourtant englué dans l’affaire des emplois présumés fictifs de son épouse et alors qu’une partie de ses troupes lui a tourné le dos. Ce jeudi soir, lors d’un meeting dans les Ardennes, François Fillon s’est dit “combatif” mais “attaqué de tous les côtés de façon injuste”.

“Je souhaite que la justice tranche rapidement cette affaire, mais je ne peux pas vous cacher que j‘éprouve de la colère, que j‘éprouve une colère froide face à toute cette meute qui se complaît dans cette entreprise de démolition”, a dit François Fillon à Charleville-Mézières. Et c‘était sans savoir que deux heures après la fin de son discours, la chaîne France 2 diffuserait dans “Envoyé Spécial” des extraits d’un entretien filmé de son épouse accordé en mai 2007 au Sunday Telegraph britannique. Dans cette entrevue, elle déclare en anglais qu’“elle n’a jamais réellement été l’assistante de son mari”.

Ces nouvelles révélations fragilisent encore un peu plus le candidat Fillon déjà donné troisième des intentions de vote au premier tour de la présidentielle, selon certains sondages, derrière Emmanuel Macron et Marine Le Pen.

Cette dernière est, elle aussi, impliquée dans une affaire d’emplois fictifs au Parlement européen. Un dossier moins médiatisé sur lequel un journaliste a voulu interroger la présidente du Front national. Il s’est fait expulser sans ménagement.

Avec Agences

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

monde

Corruption : l'UE invite la Roumanie à ne pas faire "marche arrière"