DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Berlinale : derniers préparatifs et premiers films

Vous lisez:

Berlinale : derniers préparatifs et premiers films

Taille du texte Aa Aa

La 67e Berlinale, premier grand festival de cinéma de l’année en Europe, s’ouvre ce 9 février dans la capitale allemande.

La 67e Berlinale, premier grand festival de cinéma de l’année en Europe, s’ouvre ce 9 février dans la capitale allemande. Un festival qui se distingue par son ouverture au grand public et son engagement social dans sa sélection.

Martina Grotzki est une cinéphile : “Dans l’ensemble on a des films qui parlent de problèmes comme le chômage, la précarité, l‘éclatement des familles. Et je pense que c’est une bonne chose de montrer cela parce que le public peut s’identifier.”

Tout comme Jérémy Andrew : “C’est mon festival de cinéma préféré. C’est pour tout le monde, c’est ouvert ce n’est pas comme Cannes ou Venise, ce n’est pas un truc huppé.”

Et Miriam Lesch : “Je ne viens pas ici à cause des stars hollywoodiennes mais grâce aux films qui ne sont pas surmédiatisés.”

Vingt quatre productions internationales se retrouvent dans la sélection officielle dont 18 se disputeront l’Ours d’or qui sera remis le 18 février.

Parmi elles Widde Maus de Josef Hader. Une tragi comédie autrichienne dans laquelle un journaliste viré pour raisons économiques entend bien se venger

Présent aussi dans la sélection projection de gala Le jeune Karl Marx de Raoul Peck et qui témoigne de la rencontre entre Marx et Hengel.

En dépit de l’attaque terroriste sur le marché de Noël dans cette même ville de Berlin, les cinéphiles ne semblent pas avoir cédé à la psychose.

Jeremy Andrew : “Je ne pense pas que l’on doit s’inquiéter. C’est un festival où on trouve des gens qui aiment voir des films. Il ne devrait pas y avoir de problème.”

Miriam Lesch : “Honnêtement d’habitude je suis assez prudente mais ici pas du tout. Ce qui doit arriver arrive. Je crois aussi que ce qui doit se passer est prédéterminé. Donc si une attaque me touche ici devant le guichet c’est dommage mais au moins j’aurai suivi ma passion.”

Cette édition s’ouvre sur un biopic Django. Le réalisateur Etienne Comar signe son premier film en retraçant l’histoire du célèbre guitariste et jazzman manouche Django Reinhardt.