Cet article n'est pas disponible depuis votre région

La poupée "Mon amie Cayla" retirée de la vente en Allemagne

Access to the comments Discussion
Par Cecile Mathy
La poupée "Mon amie Cayla" retirée de la vente en Allemagne

<p>Elle se présente comme l’amie des enfants mais serait en fait l’ennemie des parents. </p> <p><strong>La poupée connectée “Mon amie Cayla”</strong> (de l’américain Genesis Toys et distribuée en Europe par le britannique Vivid Toy Group) <strong>est désormais interdite à la vente en Allemagne.</strong> </p> <p><strong>L’Agence fédérale des réseaux</strong> – l‘équivalent allemand de Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes – <strong>pointe des défaillances en matière de sécurité électronique</strong> qui mettent en danger la vie privée des enfants.</p> <p>Elle demande aux propriétaires de ces poupées de les détruire (voir ici le <a href="https://www.bundesnetzagentur.de/SharedDocs/Pressemitteilungen/DE/2017/14012017_cayla.html?nn=265778" rel="external">communiqué </a> complet en allemand).</p> <p><strong>Les associations européennes de défense des consommateurs se sont félicitées de cette décision.</strong> </p> <p>Le problème avait, en effet, déjà été identifié en Norvège ou <a href="https://www.quechoisir.org/action-ufc-que-choisir-jouets-connectes-alerte-sur-la-securite-et-les-donnees-personnelles-n23355/" rel="external">en France par l'UFC-Que Choisir.</a></p> <blockquote class="twitter-tweet" data-lang="en"><p lang="en" dir="ltr">Illegal spying device: German regulator says doll Cayla must be destroyed <a href="https://t.co/eoZbYOZqr1">https://t.co/eoZbYOZqr1</a> <a href="https://twitter.com/hashtag/toyfail?src=hash">#toyfail</a> <a href="https://t.co/1yJ0qQAWP5">pic.twitter.com/1yJ0qQAWP5</a></p>— The Consumer Voice (@beuc) <a href="https://twitter.com/beuc/status/832506655401267200">February 17, 2017</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script> <p>C’est en fait <strong>le réseau bluetooth</strong> choisi par le fabricant qui est mis en cause. Il relie le <strong>microphone installé sur le jouet à une application mobile</strong> et il présenterait des failles : une personne située à une vingtaine de mètres de la poupée <strong>pourrait ainsi en prendre le contrôle et parler à l’enfant</strong> par son intermédiaire.</p> <p>Cayla n’est pas la première poupée à être mal connectée. </p> <p>En 2015, <a href="http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/2015/12/22/32001-20151222ARTFIG00123-apres-les-jouets-vtech-hello-kitty-touche-a-son-tour-par-une-faille-de-securite.php" rel="external">3 millions de comptes de fans d'Hello Kitty</a> ont été exposés aux pirates. </p> <p>Une faille avait été détectée sur les serveurs informatiques de la société Sanrio, propriétaire du personnage japonais.</p> <p>Avant cela, une base de données d’utilisateurs de jouets électroniques <strong>Vtech</strong> avait elle aussi été piratée.</p> <p>Avec agences.</p>