DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le monde selon William Kentridge


Cult

Le monde selon William Kentridge

En partenariat avec

Entre noirceur et gaieté… C’est une allégorie de vie qui semble se dessiner dans cette installation vidéo, où malades, prisonniers et squelettes marchent au son joyeux d’une fanfare.

Le Musée d’art moderne Louisiana, près de Copenhague, consacre une exposition à l’artiste sud-africain William Kentridge, qui comprend également ses dessins au charbon et au fusain.

“Nous montrons des oeuvres récentes de William Kentridge de 2003 à 2016, une période durant laquelle il a élargi sa pratique artistique et inclus un certain nombre d’intérêts personnels comme le théâtre et la littérature dans ces environnements formidables que le public peut pénétrer et être entouré par des images vivantes et du son”, souligne Mathias Ussing Seeberg, le conservateur du musée.

L’installation “The Refusal of Time” se veut une réflexion sur le temps et l’espace.

Né en 1955 à Johannesburg, William Kentridge évoque dans ses œuvres des thématiques sombres comme l’oppression et la brutalité de l’apartheid. L’artiste Joanna Dudley a eu le privilège de travailler à ses côtés :

“Kentridge dépeint l’histoire de l’Afrique du Sud, mais également sa propre histoire personnelle, et selon moi aussi celle du monde entier. C’est très divers. Il y est question de vie, de mort, de célébration de la vie et de la mort, de naissance. C’est très humain. Cela peut être très drôle, et en même temps, on peut pleurer à tout moment.”

Le choix de la rédaction

Prochain article

Cult

Trump omniprésent au Carnaval de Viareggio