DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Berlinale : le palmarès !


cinema

Berlinale : le palmarès !

La 67ème édition de la Berlinale a refermé ses portes. En tout 18 films en compétition, une sélection très variée et un jury présidé par le réalisateur Paul Verhoeven.

Dieter Kosslick, directeur du festival : “C’est un très grand réalisateur et même s’il a fait toutes ces énormes productions hollywoodiennes il est resté très indépendant dans sa tête. C’est un vrai indépendant.”

L’ours d’or est revenu au film On body and soul de la Hongroise Ildiko Enyedi, une histoire d’amour dans un abattoir. Le film a aussi reçu le prix Fipresci donné par l’association internationale des critiques de cinéma.

Ildiko Enyedi : “C’est un film passionné mais si vous n’entrez pas dans notre petit labyrinthe dès le début vous n’allez pas le voir, vous resterez distant dans un environnement froid.”

Seul film africain en compétition, Félicité du Franco-Sénégalais Alain Gomis a gagné le Grand prix du jury. Le film fait le portrait d’une chanteuse de bar à Kinshasa se battant pour son fils victime d’un accident.

Alain Gomis : “Le film, je crois place les protagonistes, les personnages dans une situation, malheureusement celle du Congo dans laquelle les infrastructures ont explosé – donc, c’est nous tous, c’est le monde tel que nous le vivons mais sans les artifices, sans maquillage.”

Au terme d’un festival à la dimension politique assumée, le jury a décerné en lot de consolation le prix du meilleur réalisateur au Finlandais Aki Kaurismäki, qui signe un nouveau plaidoyer pour les réfugiés dans L’autre côté de l’espoir, six ans après “Le Havre”.

Le film parle de la rencontre entre un migrant syrien échoué à Helsinki et un restaurateur local séparé de sa femme alcoolique, qui va lui venir en aide.

C’est finalement la Sud-coréenne Kim Min-hee (la “Mademoiselle” de Park Chan-Wook) qui a été récompensée pour son rôle d’actrice au coeur brisé dans On the Beach at Night Alone d’Hang Sang-soo.

Kim Min-hee : “Le rôle a demandé beaucoup d‘énergie et de concentration pour être construit parce que le réalisateur Hong Sang-soo nous donnait le texte le matin du tournage et il fallait le mémoriser juste avant de tourner.”

Côté masculin, l’Autrichien Georg Friedrich (Bright nights) a été couronné en père taiseux tentant de renouer avec son fils lors d’un road trip en Norvège.

Georg Friedrich : “Je ne peux toujours pas y croire, il faut du temps pour intégrer des événements aussi importants.”

Plus de 400 films ont été présentés dans les différentes sections du programme et plus de 355 000 tickets ont été vendus ans un festival qui reste très ouvert au public.

Wolfgang Spindler

Le choix de la rédaction

Prochain article

cinema

La suite de Cinquante nuances de Grey sur les écrans