DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

A Genève, le Conseil National Kurde plaide pour une future Syrie laïque

A Genève, il y a un grand absent, c’est le Parti de l’Union Démocratique, PYD en kurde, qui contrôle le Nord de la Syrie.

Vous lisez:

A Genève, le Conseil National Kurde plaide pour une future Syrie laïque

Taille du texte Aa Aa

A Genève, il y a un grand absent, c’est le Parti de l’Union Démocratique, PYD en kurde, qui contrôle le Nord de la Syrie. Malgré l’insistance de Moscou pour l’inviter, la Turquie et l’opposition syrienne s’y sont formellement opposé.

Point of view

"Il doit y avoir une séparation entre la religion et l'état"

Mais une coalition – le Conseil National Kurde – est bien présente. Elle a présenté à Staffan de Mistura un projet de constitution pour la Syrie.

“Nous voyons la Syrie comme un état neutre ne s’appuyant sur aucune classe ou catégorie de Syriens. Ce n’est pas un pays arabe, kurde ou assyrien. La Syrie devrait être un pays pour tous, un pays neutre qui n’appartient à aucune religion. Il doit y avoir une séparation entre la religion et l‘état”,

Le Conseil National Kurde est beaucoup moins soutenu par la population sur le terrain, que le PYD, qui n’a jamais pu joindre les discussions.

L’opposition au régime est extrêmement divisée. Pour le traditionnel Haut Comité des Négociations, la Syrie du futur se fera sans le régime actuel. Staffan de Mistura a imposé cette fois la présence deux autres groupes dits “de Moscou” et “du Caire”, beaucoup plus conciliants envers Damas. Le HCN leur conteste le rôle de négociateurs. Ces différentes composantes devaient se rencontrer vendredi soir.