DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le ministre américain de la Justice va-t-il devoir démissionner ?


Etats-Unis

Le ministre américain de la Justice va-t-il devoir démissionner ?

Les appels à la démission du ministre de la Justice se multiplient aux Etats-Unis.

L’opposition démocrate demande à Jeff Sessions de se récuser, un mois après sa prestation de serment.

Il est accusé d’avoir menti sur des entrevues avec des représentants russes pendant la campagne présidentielle.

Jeff Sessions avait nié sous serment devant le Sénat avoir eu des contacts avec la Russie.

Le Washington Post a révélé que le nouveau ministre de la Justice avait en fait rencontré par deux fois l'ambassadeur russe aux Etats-Unis.

“Je n’ai jamais rencontré un Russe pour discuter d’une campagne politique”, a-t-il déclaré à NBC ce jeudi matin. _“Ces remarques sont incroyables et fausses et je n’ai rien d’autre à ajouter”.

De nombreux parlementaires demandent la nomination d’un procureur indépendant pour enquêter sur la campagne d’ingérence et de piratage attribuée à Moscou en 2016 dans le but d’aider Donald Trump à remporter la Maison Blanche.

L’affaire est d’autant plus sensible que Jeff Sessions, en tant qu’Attorney General, supervise désormais le FBI et donc l’enquête sur le cyberpiratage russe présumé pendant la campagne.

A Moscou, le porte-parole du Kremlin a dit ne pas être au courant de ces éventuels rendez-vous, mais souligné que c‘était “le travail de l’ambassadeur d’avoir le plus de rencontres possibles”.

La porte parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova, a elle estimé que ce qui se produisait “en ce moment dans les mass médias occidentaux, et en particulier aux Etats-Unis”, était “du vandalisme médiatique”.

La personnalité de Jeff Sessions est loin de faire consensus.

Lors de l’une de ses auditions devant le Sénat, des militants avaient accusé l’ancien sénateur de l’Alabama d‘être proche du Ku Klux Klan.

Le même type de mensonge sur des liens avec la Russie avait conduit à la démission du conseiller à la sécurité nationale Michael Flynn il y a deux semaines.

Avec AFP.