DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

France : les lycéens indemnes après l'attentat de Londres de retour à Concarneau


monde

France : les lycéens indemnes après l'attentat de Londres de retour à Concarneau

Ils sont hors de danger mais toute la population de Concarneau, ville bretonne du Finistère, continue de s’inquiéter pour eux. Les trois élèves du lycée Saint-Joseph, des garçons, blessés mercredi après-midi lors de l’attaque terroriste perpétrée au coeur de Londres, sont soignés à l’hôpital Saint-Thomas, situé près du pont Westminster. L‘état de santé de deux d’entre eux est plus préoccupant car ils ont été touchés grièvement lorsque le 4X4 fou du principal suspect les a percutés, ils ont des fractures lourdes.

Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault s’est rendu à Londres jeudi. “Si tout se passe bien, a-t-il déclaré, ils (les lycéens blessés) pourraient rentrer en France pour la suite des soins. Il n’y a pas de pronostic vital engagé”. Les familles des trois jeunes ont été transportées dans la capitale britannique dès mercredi soir, à bord d’un Falcon affrêté par le gouvernement; elles ont été prises en charge par l’Ambassade de France.

Les victimes, d’une classe de seconde, faisaient partie d’un groupe de 92 élèves en voyage scolaire. 89 jeunes, qui étaient arrivés dimanche dernier à Londres, ont donc été rapatriés en Bretagne jeudi soir. Ils sont arrivés à l’aéroport de Quimper et ramenés en car à leurs familles impatientes et émues.

Le travail des psy débute

Au moment du drame, ils étaient 36 élèves à marcher dans le centre de Londres, ils commençaient à peine à sortir du Westminster Bridge qui enjambe la Tamise face au Parlement. Les rescapés ont d’abord été mis en sécurité sur un bateau puis dans un hôtel. Ils ont été soutenus par des psychologues et ont été entendus par la police londonienne.

A 8 heures jeudi matin, un moment de recueillement a été organisé dans la cour du lycée Saint-Joseph de Concarneau, encore sous le choc. Une cellule psychologique a ensuite été rapidement mise en place à l’intérieur de l‘établissement. Le travail des psy ne fait que commencer… Saint-Joseph avait déjà été endeuillé le 13 novembre 2015, l’une de ses anciennes élèves, Estelle Rouat, avait péri lors de la tuerie dans la salle de spectacle du Bataclan à Paris.

Procédure classique dès que des ressortissants français sont victimes d’un événement à l‘étranger, le parquet a ouvert une enquête. Elle est menée par la Sous-direction antiterroriste et les services de renseignements de la DGSI.

monde

"Nous n'avons pas peur !", le slogan des Londoniens sur les réseaux sociaux