DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Australie : le cyclone Debbie s'approche des terres


Australie

Australie : le cyclone Debbie s'approche des terres

Des milliers de personnes, dont des touristes, ont été évacuées lundi du nord de l’Australie en prévision de l’arrivée du puissant cyclone Debbie, le plus violent depuis plusieurs années dans la région.

Le cyclone se forme depuis plusieurs jours au large de l’Etat du Queensland et devrait toucher terre mardi peu après l’aube, a expliqué le Bureau de la météorologie.

Les habitants ont été mis en garde contre les risques associés à cette tempête, la plus violente depuis le cyclone Yasi en 2011, qui avait détruit des maisons du nord du Queensland et des récoltes.

Cela va être un vilain cyclone“, a déclaré la Premier ministre du Queensland Annastacia Palaszczuk. “Les rafales vont être très fortes et ma préoccupation principale est que les familles soient en sécurité.

A ce stade, 3.500 personnes ont été évacuées des villes de Home Hill et Proserpine, à une centaine de km au sud de la ville touristique de Townsville, un point de départ d’excursions sur la Grande barrière de corail. Un conseil semblable va être adressé lundi à 2.000 autres habitants, tandis qu’une centaine d‘écoles sont fermées.

La chef du gouvernement local a exhorté la population à faire ce qu’on lui dit, alors que certaines informations font état de refus d‘évacuer. “Vous pouvez ne pas croire que ce cyclone va être fort. Mais les rafales attendues dans la région de Townsville sont plus fortes que celles de Yasi“, a-t-elle dit. “L’excès d’optimisme n’a pas sa place.

Ian Stewart, responsable de la police du Queensland, a indiqué que le cyclone pourrait déjà avoir fait un mort, en l’occurrence un touriste tué dans un accident de la route probablement dû à la météo.

Avec agence (AFP)

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Syrie

Syrie : reprise d'un aéroport militaire aux jihadistes