DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Des robots coéquipiers des secouristes face aux désastres


futuris

Des robots coéquipiers des secouristes face aux désastres

Les chercheurs font équipe avec des pompiers dans ce centre d’entrainement à Montelibretti, près de Rome. Venus de toute l’Europe, ils testent les robots qu’ils ont développé dans le cadre du projet de recherche TRADR. Le but : mettre au point une force robotisée capable de prêter main-forte aux secouristes en cas de désastres.

Au sol et dans les airs, leurs machines sont capables de se faufiler partout. Contrôlées à distance, elles permettent notamment de réaliser des cartes numériques en trois dimensions d’un site.

Drones et robots équipés de caméras et capteurs laser

“Ce qu’on a sur les robots, c’est un capteur laser qui mesure la distance sur un plan, donc en deux dimensions. En faisant une rotation, ça permet de faire une carte vraiment en trois dimensions”, explique Renaud Dubé, ingénieur à ETH Zurich, un des centres partenaires du projet. “La plupart du temps on utilise deux à trois robots. Chacun d’eux est équipé avec un de ces capteurs. Le but c’est de fusionner toutes les mesures ensemble pour avoir une représentation globale de l’environnement”.

Evaluer le danger d’un site tout en évitant d’exposer les hommes : c’est un des objectifs du projet dans lequel les experts en robotique collaborent étroitement avec les pompiers.

“Cette collecte d’informations pour nous est extrêmement utile. C’est la première phase de notre intervention et c’est cela qui nous permet, par exemple si on arrive la nuit ou sous la pluie, de planifier les opérations et d’assurer la sécurité des hommes”, précise Emmanuele Gisi, du corps des “Vigili del Fuoco”.

Optimiser la collaboration entre robots et humains

Tous types de capteurs peuvent être installés sur les robots, détecteurs de gaz ou de radioactivité. Un bras articulé permet aussi de recueillir des échantillons. Mais pour les chercheurs, le défi est surtout d’optimiser l’interaction entre les machines et les Hommes.

La coordinatrice du projet est Ivana Kruijff-Korbayova, du Centre allemand de recherche sur l’intelligence artificielle. “De nos jours, il y a des robots dans tous les domaines. Mais typiquement ce qu’ils ne font pas c’est de réellement collaborer avec des personnes et de collaborer entre différents robots. Donc c’est une des grandes questions que nous devons explorer, analyser ce que les robots doivent faire de manière à travailler dans ces équipes qui mêlent humains et robots”, explique t-elle.

Reconstitution 3D après le séisme d’Amatrice

L‘été dernier, les scientifiques ont mis prématurément leur recherche en application lors du séisme dévastateur d’Amatrice, dans le centre de l’Italie. A la demande des secouristes et des autorités italiennes, ils sont venus de toute l’Europe pour déployer leurs robots et évaluer les dégâts sur deux églises du XIVème siècle, San Francesco et San Agostino.

“C‘était une mission difficile parce que les églises étaient en très mauvais état et par conséquent les pompiers ne pouvaient pas entrer directement pour faire une analyse détaillée”, raconte un des chercheurs Luigi Freda, ingénieur informatique à l’Université de Rome La Sapienza. “D’abord un robot est entré pour surveiller l’arrière de l‘église, puis un autre robot a été conduit vers l’avant. Ensuite, nous avons réussi à faire entrer un drone et nous avons filmé tout l’intérieur. Il en a résulté le modèle 3D”.

Mission réussie ! Des images texturées de haute qualité ont été utilisées pour les opérations de consolidation des édifices et de protection du patrimoine. Secouristes et scientifiques se disent prêts à poursuivre cette collaboration pour disposer, peut-être un jour, d’une équipe européenne assistée par robots et prête à faire face à tout type de catastrophes.

Le choix de la rédaction

Prochain article
Les voitures automatisées prennent la route

futuris

Les voitures automatisées prennent la route