DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

France : après le premier tour, les déçus doivent choisir


France

France : après le premier tour, les déçus doivent choisir

C’est le centriste Emmanuel Macron qui est sorti en tête du premier tour des élections présidentielles en France avec 23,75 % des suffrages. Il devance d’un peu plus de deux points la candidate d’extrême-droite Marine Le Pen.

Ce résultat est assez conforme à ce qu’annonçaient les sondages les jours précédant le vote.

Pour certains, choisir Marine Le Pen au premier tour, et même au second est un vote de contestation.

“Je revoterai pour Marine Le Pen au deuxième tour, tout en souhaitant malgré tout pour sauver les meubles qu’Emmanuel Macron gagne au deuxième tour. C’est un vote de ras-le-bol, parce qu’on en a marre, il n’y a pas de travail. Les enfants n’ont pas d’avenir”, confie ce vendeur de 55 ans résidant à Hénin-Beaumont, une commune du Nord de la France dirigée par le Front National.

Avec un électorat très divisé, tout l’enjeu est désormais de prédire vers qui vont se tourner ceux dont les candidats ne se sont pas qualifiés.

“J’ai regardé un peu à la dernière minute le programme des uns et des autres, surtout celui de Fillon qui correspondait plus à mes attentes. Celui de Macron ne me dérange pas, il est plutôt social-démocrate, ça me convient”, explique un électeur parisien.

“Aujourd’hui, je ne m‘étais pas arrêté sur un candidat, mais plutôt sur un programme. Malheureusement, j’ai voté Fillon au premier tour. Pour le deuxième tour, le choix va être difficile”, estime un autre.

“En mettant hors-jeu les deux grands partis traditionnels, les français ont provoqué un séisme inédit et profond dans le paysage politique. Ils ont à présent le choix entre deux candidats que tout oppose. Et en premier lieu concernant l’Europe. Un sujet qui sera une des clefs du second tour”, prédit Anne Devineaux, notre envoyée spéciale à Paris.