DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Moscovici : "La France a un effort très minime à faire"


économie

Moscovici : "La France a un effort très minime à faire"

Le commissaire européen Pierre Moscovici a appelé mardi le président élu français Emmanuel Macron à sortir son pays de la procédure de déficit excessif au sein de l’Union européenne, en ramenant durablement le déficit budgétaire sous la barre des 3% du PIB.

“J’ai la conviction que la France peut et doit sortir maintenant de la procédure de déficit excessif” (PDE) de la Commission européenne, a-t-il affirmé lors d’une conférence de presse à Paris. La PDE est lancée par la Commission de Bruxelles quand un pays dépasse le plafond des 3% et peut aboutir à des sanctions. “Nous avons toutes les raisons de penser que l’objectif de passer en dessous de 3%, de respecter les critères, est tout à fait tenable”, a assuré M. Moscovici, rappelant que la Commission européenne attend un déficit de 2,9% pour la France cette année, mais de 3,1% pour 2018. “La France a un effort très minime à faire” pour se maintenir sous la barre de 3% en 2018, a ajouté le commissaire, qui s’attend à ce que M. Macron “tienne ses engagements de campagne” de respecter les critères européens. La veille, le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, avait déjà appelé M. Macron à réduire la dépense publique en France une fois au pouvoir, jugeant que son niveau actuel n‘était pas tenable à terme. Ces propos surviennent alors que la Commission doit publier jeudi ses prévisions économiques de printemps pour les pays de l’UE, suivies le 17 mai de recommandations. Or la France est sous pression pour respecter enfin la règle européenne, selon laquelle les déficits publics doivent être en dessous des 3% du PIB. Le président élu français a prévu dans son programme une réduction des dépenses publiques de 60 milliards d’euros en cinq ans, passant entre autres par la suppression de 120.000 postes de fonctionnaires.

AFP

économie

L'Asie va rester championne du monde de la croissance, selon le FMI