DERNIERE MINUTE

Comment vacciner votre PME contre la faillite

À Gand en Belgique, une association accompagne avec succès, les PME désireuses de prévenir les risques de faillite, enjeu crucial en Europe.

Vous lisez:

Comment vacciner votre PME contre la faillite

Taille du texte Aa Aa

La Flandre est l’une des régions modèles dans l’accompagnement des entrepreneurs qui font face à des difficultés financières. Quels sont les signaux d’alerte ? Comment réagir et comment rebondir après une faillite ? On vous donne des réponses dans cette édition de Business Planet à Gand.

Une deuxième chance

  • Chaque année dans l’Union européenne, 200.000 entreprises font faillite – soit 600 par jour – entraînant au total, plus de 1,7 million de suppressions d’emplois.
  • Bien que les faillites ne soient pas rares, les entrepreneurs qui en font l’expérience ont généralement du mal à la vivre et sont confrontés à des difficultés pratiques qui les dissuadent de se lancer par la suite, dans de nouveaux projets.
  • Dans l’opinion, on fait souvent le lien entre faillite et fraude. Pourtant, seules 4 à 6% des faillites sont véritablement frauduleuses.
  • De nombreuses sociétés mises en liquidation auraient pu être sauvées. L’Outil européen d’alerte précoce permet aux entrepreneurs d‘évaluer les performances de leur affaire et d’identifier des sources de difficultés.
  • De nouvelles règles européennes en matière d’insolvabilité ont été proposées pour donner aux entreprises qui ont des problèmes financiers, la possibilité de se restructurer à un stade précoce pour qu’elles évitent la faillite et le licenciement de leur personnel.

Liens utiles

Aujourd’hui, les faillites restent un véritable fléau en Europe. A Gand en Belgique, une association baptisée Dyzo accompagne les entrepreneurs en difficulté et les oriente vers le succès. Notre reporter Serge Rombi a rencontré son cofondateur Pol Vermoere.

Serge Rombi, euronews :
“Quelle est l’ampleur des faillites dans l’Union européenne ?”

Pol Vermoere de l’association Dyzo :
“200.000 entreprises font faillite chaque année en Europe. Résultat : 1,7 million de personnes perdent leur travail. Nous nous adressons aux entrepreneurs en difficulté, on essaie de sauver leurs entreprises et si cela ne marche pas, on essaie de voir quelles sont les solutions.”

Et le meilleur moyen d‘éviter la faillite, c’est l’anticipation, souligne Serge Rombi. Découvrons-en une illustration en suivant l’un des bénévoles de Dyzo dans une entreprise qui a bénéficié de son soutien.

“En anticipant, j’ai surtout évité les problèmes”

Ce bénévole, c’est Philip Oosterlinck. Lui aussi a fait faillite il y a quelques années alors que son entreprise familiale existait depuis quatre générations et employait 30 personnes. Malgré le choc, il ne s’est jamais résigné et il dirige même aujourd’hui, une société de conseil.

Ce matin-là, il rencontre Dirk Van de Velde, un entrepreneur qui n‘était pas au bord de la faillite, mais qui a préféré anticiper. Depuis un an et demi, Philip Oosterlinck accompagne cette PME de 13 salariés qui produit des pièces metalliques pour l’industrie.

“Clairement, Dirk voulait pouvoir grandir d’une manière sereine, nous précise Philip Oosterlinck. Pour cela, nous avons mené un audit financier, nous avons fait une analyse stratégique du marché et très important, on a introduit un management participatif – ce qui n’existait pas dans l’entreprise -, souligne-t-il.

Et Dirk Van de Velde n’est vraiment pas déçu d’avoir fait appel à Philip. Les décisions ont été prises rapidement et l’impact a lui aussi été quasi immédiat. “En anticipant, dit-il, j’ai surtout évité les problèmes, mais j’ai aussi pu recruter deux nouveaux ouvriers, fait 250.000 euros d’investissement. Mon chiffre d’affaires a augmenté de 20% et j’ai décroché un nouveau très bon client : cette collaboration est vraiment positive,” conclut-il.

Une deuxième chance

Serge Rombi reprend son entretien avec Pol Vermoere de l’association Dyzo.

Serge Rombi :
“Il y a une idée reçue qu’il faut absolument combattre : c’est celle selon laquelle il y aurait un lien systématique entre les faillites et la fraude.”

Pol Vermoere :
“Dyzo accompagne les entrepreneurs depuis dix ans. Nous avons aidé 10.000 entreprises et je peux vous assurer que 95% des entrepreneurs qui font faillite sont de bonne foi.”

Il faut savoir que la Commission européenne a présenté une proposition de directive qui vise à permettre aux entrepreneurs en difficultés d’anticiper et de restructurer pour éviter la faillite. Il s’agit aussi bien sûr d’offrir une deuxième chance à ceux qui vivent cette épreuve en leur permettant d‘être libérés de leurs dettes après une certaine période.

Trois questions à se poser

Serge Rombi :
“Pol Vermoere, pour terminer, quels sont les signaux d’alerte ? Quelles sont les bonnes questions que doit se poser un entrepreneur aujourd’hui ?”

Pol Vermoere :
“Est-ce que je paie mes factures dans les temps ? Est-ce que je comprends clairement les conseils de mon comptable ? Est-ce que je dors bien la nuit ?”