DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Quand les élections britanniques s'invitent dans l'art

Vous lisez:

Quand les élections britanniques s'invitent dans l'art

Taille du texte Aa Aa

La nouvelle exposition de l’artiste britannique Grayson Perry a ouvert ses portes le jour du scrutin des législatives. Baptisée la plus populaire de tous les temps , elle livre un regard critique sur un paysage politique dans la tourmente. Grâce à un imagier tout droit sorti de l’actualité, le céramiste et plasticien renouvelle le genre en convoquant des thèmes comme le Brexit, la crise des réfugiés ou le phénomène Donald Trump. L’artiste, habitué à faire parler son alter ego féminin “Claire” lors de ses performances, estime que le mélange entre l’art et la politique verse parfois dans la facilité.


“Je suis circonspect par rapport aux artistes qui se servent de la politique”, affirme Grayson Perry. “Cela m’amuse, parce qu’ils tirent des questions politiques la force que leur propres oeuvres ne parviennent pas à avoir. J’aime penser que la force de mes oeuvres, elle, réside dans le visuel, le travail de mes mains, la composition, les couleurs, et tout ce qui fait l’essence traditionnelle de l’art. Mais la politique apporte un peu de piment, ça leur donne du mordant!”, poursuit l’artiste.
Grayson Perry est l’un des artistes les plus reconnus au Royaume-Uni. Lauréat du Prix Turner en 2003, il est aussi une voix qui compte Outre-Manche, d’après le quotidien the Telegraph, qui l’a classé 32ème parmi les 100 personnalités les plus influentes du monde culturel britannique. L’exposition est à découvrir jusqu’au 10 septembre à la galerie Serpentine de Londres. L’entrée est gratuite.