DERNIERE MINUTE

La livre sterling était sous pression vendredi en réaction à la possible perte par les conservateurs britanniques de la majorité absolue au Parlement, mais les places financières asiatiques faisaient pour leur part montre de sérénité.

Peu après l’annonce des projections jeudi à 21H00 GMT, la livre est tombée à 1,2709 dollar, son plus bas niveau depuis avril, contre 1,2950 quelques minutes plus tôt, soit un recul de près de 2%. Idem face à l’euro qui montait à 88,24 pence, contre 86,60 pence.

La monnaie britannique oscillait ensuite, hésitant entre rebond et nouveau plongeon à 1,2695 dollar. L’euro se maintenait pour sa part autour de 87 pence.

Dans l’attente des résultats définitifs, l’indice Nikkei de la Bourse de Tokyo s’offrait quant à lui le luxe d’une ouverture en hausse de 0,22%. Ailleurs en Asie-Pacifique, Séoul évoluait aussi dans le vert, tandis que Sydney s’inscrivait en petit repli.

Selon les premières estimations livrées à la fermeture des bureaux de vote, la première ministre Theresa May perdrait sa majorité absolue, à quelques jours de l’ouverture de discussions cruciales sur le Brexit avec l’Union européenne. Les Tories décrocheraient 314 sièges, contre 330 dans l’assemblée sortante, tandis que les travaillistes de Jeremy Corbyn gagneraient 32 sièges à 266 mandats.

“_Les projections initiales suggèrent que cela a été une campagne catastrophique pour Theresa May, avec des conservateurs en passe de se retrouver sans majorité absolue alors qu’ils avaient une avance de 20 points dans les sondages il y a seulement quelques semainesè”, a réagi dans une note Craig Erlam, chez Oanda.

Prise à son propre piège, la chef du gouvernement britannique avait convoqué ce scrutin anticipé dans le seul but de renforcer sa majorité existante de 17 sièges.

“èUn Parlement indécis est le pire des scénarios pour Mme May, et la source de nouvelles incertitudes autour de la livreè”, a souligné Minori Uchida, de Bank of Tokyo-Mitsubishi UFJ, interrogé par l’AFP.

Depuis le vote en faveur de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne le 23 juin 2016, la devise nationale a été mise à rude épreuve : elle a perdu quelque 15% de sa valeur face au dollar, plongeant à des niveaux inédits depuis 1985.

Pour l’heure, les marchés veulent d’abord voir si les résultats définitifs seront en phase avec les estimations“, a ajouté l’analyste tokyoïte.

Des observateurs exhortaient d’ailleurs à la prudence, rappelant le manque de fiabilité des projections en 2015. Et même si les conservateurs étaient dépourvus de majorité, la monnaie britannique pourrait rebondir à terme dans l’espoir d’une ligne moins dure que celle prônée jusqu‘à présent par Theresa May.

Le revers de May pourrait conduire à un Brexit plus souple, ce qui n’est pas une mauvaise chose pour l‘économie britannique à long terme“, a ainsi estimé M. Uchida.

La réaction des marchés pourrait être trumpienne“, a renchéri auprès de l’agence Bloomberg Peter Chatwell, responsable de la stratégie des changes à Mizuho International à Londres. A l’image d’investisseurs qui ont salué l’accession du milliardaire à la Maison Blanche après l’avoir tant redoutée, ils pourraient là aussi tourner casaque.

Avec agence (AFP)