DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le Royaume-Uni divisé

Le Royaume-Uni semble divisé après les résultats des élections législatives avec d'un côté des électeurs âgés, pro-Conservateurs et pro-Brexit. Et de l'autre, les plus jeunes, plutôt pro-Labour et contre la sortie de leur pays de l'Union européenne.

Vous lisez:

Le Royaume-Uni divisé

Taille du texte Aa Aa

Le Royaume-Uni semble divisé après les résultats des élections législatives avec d’un côté des électeurs âgés, pro-Conservateurs et pro-Brexit. Et de l’autre, les plus jeunes, plutôt pro-Labour et contre la sortie de leur pays de l’Union européenne.

Jeremy Corbyn a réussi son pari en misant sur la jeunesse

La mobilisation de la jeunesse britannique, bien décidée à réagir après le vote en faveur d’un Brexit dont elle ne voulait pas, a joué un rôle clef pour déposséder la première ministre Theresa May de sa majorité absolue au Parlement.

Revigorés par la campagne du trublion Jeremy Corbyn, patron du Labour, ou puisant dans leur colère face à l’incertitude causée par le futur divorce avec l’Union européenne, les jeunes électeurs se sont précipités aux urnes.

Selon John Curtice, de l’Université de Strathclyde, cette mobilisation en faveur du Labour des opposants au Brexit et des jeunes électeurs “explique pourquoi les conservateurs ont perdu leur majorité absolue“.

En amont du scrutin, une poussé des inscriptions de jeunes électeurs sur les listes avait été enregistrée.

Corbyn, 68 ans et résolument à gauche, a su comprendre le ressentiment populaire contre l‘élite du pays, emportant une trentaine de sièges supplémentaires au Parlement. Il a su s’affirmer comme une alternative à la politique traditionnelle, imposant dans sa campagne une ambiance digne de festivals de musique pop.

Son idéalisme, son charisme, une présence sur les médias sociaux savamment gérée, et le soutien de célébrités comme la chanteuse Lily Allen ou l’humoriste Ricky Gervais, sont autant d‘éléments qui ont participé à la “Corbynmania”.

Il a dans son programme ciblé la jeunesse en promettant de supprimer les frais d’université, d’abaisser l‘âge du droit de vote ou encore d’améliorer les droits des stagiaires.

Comparé au sénateur américain et candidat malheureux à la primaire démocrate de 2016 Bernie Sanders, sa capacité à mobiliser la jeunesse rappelle aussi celle de Jean-Luc Mélenchon en France et de ses “insoumis”, qui a hissé son mouvement en quatrième position au premier tour de l‘élection présidentielle.

Avec agence (AFP)