DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Portugal : polémique autour de la "route de la mort"


Portugal

Portugal : polémique autour de la "route de la mort"

La controverse monte surtout autour des circonstances du drame de “la route de la mort”. Il s’agit de la nationale 236, où 47 personnes sont mortes samedi, 30 piégées par le feu dans leurs voitures. Des victimes auraient été déroutées vers cette route par les militaires. Les survivants racontent leur cauchemar. Une femme de 40 ans et ses filles de 12 et 15 ans font parties des victimes. Le mari et père Mario Pinhal avait fui avec ses parents dans un autre véhicule.
Au bord des larmes, il affirme que quitter leur maison a été une erreur monumentale :

J’ai aidé ma marraine à quitter la voiture, je n’aurais jamais pu la laisser, parce qu’elle serait tombée. Peut-être qu‘à ce moment-là, j’aurais pu chercher ma femme et mes filles dans les voitures. Ce que je regrette, c’est d’avoir quitter la maison. Sans minimiser les efforts et la bonne volonté des gens, tout ce que je veux, c’est que ma femme et mes filles reviennent.

La mère de Mario, également sous le choc, a raconté sa détresse, soutenue par des volontaires :

Nous sommes quatre survivants de cette route. Nous aurions dû mourir. On aurait manqué à personne. Mais mes petites-filles sont mortes, comment c’est possible, pourquoi ?

Le gouvernement va rapidement leur devoir des réponses. Les gendarmes vont notamment devoir expliquer “pourquoi la route nationale 236 n’a pas été fermée à la circulation”, mais aussi si cette voie “a été indiquée par les autorités compétentes comme alternative à la route IC8”, une voie express toute proche, fermée, selon une circulaire signée par le chef du gouvernement portugais.