DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Attentat de Nice : le témoignage des pompiers


France

Attentat de Nice : le témoignage des pompiers

Ce 14 juillet 2016, sur la promenade des Anglais, ils ont été parmi les premiers à intervenir. Les pompiers de Nice ont secouru les blessés, vu les corps jonchant le sol, agi dans l’urgence et la cohue. Les scènes marquantes font partie de leur mission et de leur quotidien. Pourtant, eux aussi restent hantés par ces images. Un an après, deux d’entre eux racontent.

“On me confie un enfant dans les bras. Je ne peux pas faire grand chose parce qu‘à ce moment-là il faut faire ce qu’on appelle le tri, relate l’adjudant Romain Carré. Quelque chose que malheureusement on n’a pas l’habitude de faire. Laisser par terre des gens pour lesquels on ne peut pas travailler – on va dire – et s’occuper des gens qui peuvent éventuellement être sauvés.”

“J’ai fait quelque chose que… qu’on m’a demandé de faire, raconte, ému, l’adjudant Frédéric Dal-Pont. On m’a demandé d’aller compter les morts. Donc j’avais emmené un capitaine avec moi, on est revenu jusqu‘à l’hôpital Lenval, le début de l’accident, et j’ai slalomé sur le trottoir en m’arrêtant à chaque corps, même ceux qui étaient recouverts, pour vérifier qu’il n’y en avait bien qu’un dessous. Et je les ai comptés, tous, jusqu’au chauffeur du camion. Aujourd’hui, je peux dire que je les ai tous vus, toutes les victimes qui sont décédées sur la promenade, je les ai toutes vues.”

“J’ai sauvé des vies, mes collègues ont sauvé des vies, ça c’est évident, conclut Romain Carré. Mais aujourd’hui on reste encore un peu – en tout cas pour ma part – sur ce que j’aurais pu faire peut-être de plus.”