DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Partenariat Afrique-UE : le rôle essentiel de la société civile


focus

Partenariat Afrique-UE : le rôle essentiel de la société civile

Tunis a accueilli pendant trois jours, le Forum de la société civile Afrique-Union européenne dans le cadre de la Stratégie conjointe adoptée par les deux continents. L‘évènement a donné lieu à des débats entre représentants d’organisations et décideurs. Occasion pour de nombreux participants de souligner la nécessité d’impliquer la société civile dans la coopération Afrique-Europe.

La Tunisie vient d’accueillir le Forum de la société civile Afrique-Union européenne, un évènement qui s’inscrit dans la Stratégie conjointe adoptée par les deux continents en 2007. Son objectif : renforcer la coopération et offrir des avantages directs aux citoyens. Sur ce dernier point, la société civile a son rôle à jouer, celle de Tunisie étant aux avant-postes comme l’estime Iyad Dahmani, ministre tunisien chargé des relations avec les instances constitutionnelles, la société civile et les organisations des droits de l’homme.

“Nous savons le rôle important qu’a joué la société civile tunisienne dans la transition démocratique, dit-il. Aujourd’hui, cet effort pour soutenir la société civile est un effort que le gouvernement tunisien continue à mettre en place, indique-t-il avant d’ajouter : Nous pensons que le choix de la Tunisie [ndlr : en tant que pays-hôte du Forum] renforce l’image de cette jeune démocratie qui sera forcément un trait d’union entre l’espace européen et l’espace africain.”

Construire la paix : “un processus inclusif”

Les participants au forum ont débattu de plusieurs grands thèmes : la prévention des conflits et les réfugiés, le développement humain, un avenir durable pour notre planète, le travail décent et la gouvernance démocratique.

“C‘était un très bon exercice vu le rôle que peut jouer la société civile dans la construction de la paix sur les deux continents, assure Lulsegged Abebe, conseiller de l’organisation International Alert pour l’Union africaine, à l’issue des discussions. Bâtir la paix, renchérit-il, cela ne se fait pas qu’avec les interventions militaires, cela doit être un processus inclusif où tous les acteurs sont impliqués sur les deux continents.”

Même si l’Union européenne finance des projets de soutien à la société civile africaine, les deux continents veulent dépasser la relation traditionnelle entre bailleur de fonds et bénéficiaire, notamment en mieux écoutant les organisations sur le terrain.

“Écouter ceux qui travaillent au niveau local”

“On pourrait écouter ceux qui travaillent au niveau local sur ces questions qui sont prioritaires comme les migrations, le changement climatique, l‘égalité hommes-femmes, suggère Rosario Bento Pais, directrice de la Direction générale Coopération internationale (DG DEVCO) à la Commission européenne. C’est le genre d’appel que je voudrais lancer, reprend-elle, à savoir que si les sociétés civiles de l’Union européenne et de l’Union africaine veulent influencer le sommet, elles doivent parler d’une seule voix.”

Le sommet évoqué par cette responsable de l’Union européenne réunira les chefs d’Etat africains et européens à Abidjan en novembre, toujours dans le cadre de ce partenariat. C’est à ce niveau que se prennent les décisions et la société civile veut avoir son mot à dire.

“L’une de nos demandes essentielles lors de ce forum en Tunisie, souligne Joan M. Lanfranco, membre du groupement pour une santé durable European Steering Group, c’est que la société civile soit impliquée dans toutes les décisions émanant du partenariat Afrique-Union européenne. Ce qui veut dire : participer à l‘évaluation de leur application et au contrôle de toutes les initiatives lancées dans le cadre de ce partenariat.”

Le cinquième sommet Union européenne -Afrique prévu les 28 et 29 novembre en Côte d’Ivoire aura pour thème : la formation et l’emploi des jeunes.

La Route de la Soie chinoise au Forum de Crans Montana à Barcelone

focus

La Route de la Soie chinoise au Forum de Crans Montana à Barcelone