Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Au Venezuela, plusieurs morts pendant l'élection constituante

Access to the comments Discussion
Par Euronews
Au Venezuela, plusieurs morts pendant l'élection constituante

<p>Un scrutin sous extrême tension au Venezuela. L‘élection d’une assemblée constituante imposée par le président Maduro a été boycottée par l’opposition et combattue dans la rue ce dimanche.</p> <p>Cocktails molotovs et jets de pierre contre balles en caoutchouc et gaz lacrymogène : les violences auraient fait une dizaine de morts à travers le pays qui vit aux rythme des manifestations depuis déjà quatre mois. </p> <p>“<em>Qu’ils continuent à se battre et que Dieu les protège, ces garçons qui résistent pour nous. Ils n’ont même pas voté pour ce gens</em>“ s‘écrie Digna Ugueta au milieu des manifestants. </p> <p>Sur des images d’une rare violence, une importante explosion retentit sur le passage des forces de l’ordre. Sept policiers ont été gravement blessés par la déflagration. </p> <p>“<em>Nicolas Maduro a perdu l’occasion d’assumer l’héritage du président Chavez. Il s’est détourné de ses principes dans une logique de pouvoir, alors que son objectif politique était de servir le peuple</em>“, analyse le politologue vénézuélien Nicmer Evans. </p> <p><blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="es" dir="ltr">Si <span class="caps">MUD</span> tiene razón y el 16J votaron 7 millones y hoy 30J votaron 2.4, entonces reconoce q 50% del padrón no está ni con <span class="caps">MUD</span> ni con <span class="caps">PSUV</span></p>— Nicmer Evans (@NicmerEvans) <a href="https://twitter.com/NicmerEvans/status/891841940186173440">31 juillet 2017</a></blockquote><br /> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script></p> <p>Pendant ce temps, les partisans du président élisaient ceux qui seront en charge de réécrire la constitution. Quasiment tous les candidats étaient des proches du gouvernement.</p> <p>“L’opposition veut la violence et la guerre. Ils ne veulent pas de nous mais nous continuons à nous battre et ils doivent comprendre qu e nous ne nous rendrons pas”, assure Marlene Rodriguez, qui porte une casquette du Parti socialiste unifié du Venezuela (<span class="caps">PSUV</span>), le parti chaviste.</p> <p><blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="es" dir="ltr">+ de la Plaza Bolívar de Caracas <a href="https://twitter.com/hashtag/VenezuelaEleccionesEnPaz?src=hash">#VenezuelaEleccionesEnPaz</a> <a href="https://t.co/bmymWwp3qr">pic.twitter.com/bmymWwp3qr</a></p>— Ernesto Villegas P. (@VillegasPoljak) <a href="https://twitter.com/VillegasPoljak/status/891858136486866945">31 juillet 2017</a></blockquote><br /> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script></p> <p><strong>Eduardo Salazar Uribe, euronews :</strong> <br /> L’opposition vénézuélienne a annoncé qu’elle poursuivrait sa resistance contre l’assemblée nationale constituante, qui doit siéger à partir du mercredi 3 aout. A compter de cette date, selon les spécialistes, le Venezuela entrerait dans une phase d’isolation internationale, accompagnée de sanctions, qui pourraient encore agraver l‘état de l‘économie de ce pays des Caraïbes.</p>