DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Trois fois plus de feux de forêt cet été en Europe


monde

Trois fois plus de feux de forêt cet été en Europe

L’Europe dévorée par les flammes : il y a eu, cette année, trois fois plus de feux de forêt que les années précédentes. La superficie de ce surplus arbres partis en fumée en 2017 représenterait la taille du Luxembourg, selon notre enquête.

Depuis le début de l’année, il y a eu 677 incendies de forêt dans toute l’Union européenne, ce qui représente une augmentation de 215% par rapport à la moyenne des incendies sur la période 2008/2016.

Les effets du réchauffement climatique sont responsables de cette augmentation spectaculaire, selon les experts de la question : le changement climatique a prolongé la saison traditionnelle des incendies de forêt et a favorisé leur fréquence. Ces experts préviennent, en outre, que ce phénomène prendra de l’ampleur dans les années à venir : de plus en plus de feux de forêts et qui toucheront des zones jusqu’à là épargnées.

Ces dernières semaines, le Portugal, l’Italie et la Croatie ont fait face à de très nombreux départs de feux, dont certains ont été tragiques. Dans ces pays, les températures plus hautes et les précipitations plus faibles qu’à l’accoutumée ont joué un rôle de catalyseur.

Il y a moins d’un mois, 64 personnes ont péri dans un gigantesque incendie dans le centre du Portugal. De nombreuses victimes ont été prises par les flammes alors qu’elles tentaient de fuir.

Des feux qui commencent plus tôt et qui consument plus

Pour Thomas Curt, chercheur en France à l’Institut national de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et de l’agriculture, le réchauffement climatique a joué un rôle dans la tragédie du mois de juin au Portugal. Le scientifique ajoute que les effets du changement climatique ont une incidence certaine sur la saison des incendies qui est aujourd’hui plus proche de cinq mois et non cantonnée aux seuls mois de juillet et d’août.

Un autre chercheur va dans le même sens. Alexander Held, expert de l’Institut européen des forêts, indique lui-aussi que les feux de forêts se déclarent dorénavant plus tôt, qu’ ils sont plus violents et détruisent plus d’arbres.

« Nous aurons plus de surprises, dans le sens où il y aura de plus en plus d’incendies dans des endroits sans réelle tradition de feux de forêt. En ce moment, il y des feux en Espagne. Ce qui n’est pas une surprise. Mais nous assisterons à plus d’incendies dans tout le bassin méditerranéen, plus seulement en Espagne, et ces feux seront bien plus intenses qu’aujourd’hui », nous explique Alexander Held. « Les incendies seront de plus en plus fréquents dans des pays jusqu’à lors peu touchés » ajoute-t-il.

Ainsi, pour lui, les feux de forêts pourraient devenir chose commune en Allemagne, aux Pays-Bas, au Danemark, en Autriche et en Suisse.

L’année dernière, une étude menée par l’Université de Leicester a montré que la Catalogne et les régions de Madrid et de Valence étaient les zones en Europe où les incendies faisaient peser une réelle menace sur la population.

Investir dans la prévention

« La météo change, et la météo est une vision à court terme du climat. Nous avons de plus en plus d‘épisodes météorologiques exceptionnels, ce qui atteste donc, du changement climatique. Mais, c’est une belle excuse que d’incriminer uniquement le changement climatique » pointe également Alexander Held, spécialiste des exploitations forestières. Il appelle de ses vœux une meilleure prévention des incendies en gérant mieux les forêts. Dans le cas du tragique incendie au Portugal, Alexander Held nous a expliqué que les terres où il s’est déclaré, puis proliféré, appartenaient à une société forestière plus intéressée par les profits que par la prévention. Aucun pare-feux n’avait été mis en place par exemple.

Un véritable politique à mettre en place

« Aujourd’hui, il n’y a personne au niveau européen pour dire que oui, nous avons besoin de plus d’hélicoptères. Il serait aussi judicieux de prendre 10% du budget consacré à la lutte contre les incendies et de les investir dans une gestion stratégique de la végétation » propose ainsi Alexander Held.

« Lutter contre les incendies est très coûteux, avec tous ces véhicules et ces ressources aériennes qu’il faut déployer. Ce serait qu’une fraction de ce budget qu’il faudrait investir dans une meilleure gestion de la terre ».

« On pourrait proposer des aides financières aux propriétaires pour qu’ils installent des pare-feux, qu’ils mettent en place de meilleurs accès à leurs terres ou qu’ils effectuent de réelles analyses des risques » suggère-t-il.

« À l’heure actuelle, tout cela est beaucoup négligé. La réalité de la lutte contre les incendies est très politique et liée à des entreprises commerciales, en particulier dans le cas des hélicoptères et des avions », avance-t-il.

« Un homme politique, quand il commande plus d’hélicoptères, est considéré comme quelqu’un de très actif, mais si vous investissez dans le défrichage, personne dans les médias ne mettra en avant votre travail de prévention », conclut-il.

France : une voiture rentre dans une pizzeria près de Paris, une fillette tuée, le chauffeur interpellé

France

France : une voiture rentre dans une pizzeria près de Paris, une fillette tuée, le chauffeur interpellé