DERNIERE MINUTE

Merkel confortée par le débat télévisé

Face à Angela Merkel, Martin Schulz n'a pas réussi à inverser la tendance dans les sondages lors du débat télévisé, à trois semaines des législatives.

Vous lisez:

Merkel confortée par le débat télévisé

Taille du texte Aa Aa

Il est peu probable que Martin Schulz ait réussi à inverser la tendance à trois semaines des élections législatives en Allemagne.

Le chef du parti social-démocrate (SPD) s’est montré moins convaincant qu’Angela Merkel lors du seul débat télévisé de la campagne, d’après un sondage réalisé par la chaîne publique ARD.
Il n’aurait séduit que 29% des téléspectateurs contre 49% des téléspectateurs pour la chancelière sortante.

La crise migratoire comme angle d'attaque pour Schulz

Martin Schulz a voulu se montrer offensif, notamment sur la question de l’immigration.

“Nous avons commis l’erreur de ne pas avoir impliqué nos voisins européens assez tôt dans la recherche d’une solution et, les avoir mis devant le fait accompli nous mène aujourd’hui à cette situation où la Hongrie et la Pologne ne veulent plus assumer leur responsabilité et nous laissent seuls en première ligne, nous les Allemands qui avons déjà beaucoup payé pour ces pays. C’est pourquoi il faut une solution européenne à la crise migratoire”, a ainsi déclaré l’ancien président du Parlement européen.

L’Allemagne a accueilli plus d’un million de demandeurs d’asile en 2015 et 2016.

Stopper les négociations d'adhésion de la Turquie à l'Union européenne

Mais ce sont surtout les relations avec la Turquie qui ont cristallisé l’attention lors du débat.
Angela Merkel, qui brigue un quatrième mandat, s’est prononcée pour la première fois en faveur d’un arrêt des négociations d’adhésion de la Turquie à l’Union européenne.
L’Allemagne compte environ trois millions de personnes d’origine turque dont près de la moitié peut voter. Récemment, des ressortissants allemands ont été arrêtés en Turquie pour des liens supposés avec les organisateurs du putsch manqué de l‘été 2016.

“Je n’ai jamais été favorable à l’entrée de la Turquie dans l’Union et je suis d’avis qu’il faut stopper le versement des aides de pré-adhésion. Après, nous verrons qui de nous ou de la Turquie claquera la porte. Mais avant tout, je veux aider les 12 à 14 personnes qui sont emprisonnées en Turquie pour des raisons politiques”, a estimé celle qui dirige le pays depuis 2005.

Les chrétiens-démocrates de la CDU et leurs alliés de la CSU disposent actuellement de 17 points d’avance sur le SPD, dans les sondages, à trois semaines du scrutin. Mais d’après une étude, près d’un électeur sur deux (46%) serait toujours indécis, du jamais vu depuis plus de 20 ans lors d‘élections législatives (selon un sondage de l’institut Allensbach, publié le 23 août par la Frankfurter Allgemeine Zeitung).

Avec AFP.